Conseils

Freelance, comment fixer vos tarifs ?

Calcul du taux horaire d'un freelance

Une des plus grandes difficultés lorsque vous vous lancez en freelance est de fixer vos tarifs.

Plusieurs questions se posent alors, comme le revenu auquel vous pourrez prétendre, les critères à prendre en compte pour calculer le taux horaire et les possibilités de modifier ou non ce taux en fonction des missions.

Codeur fait aujourd’hui le point sur la rémunération horaire des freelances et sur sa méthode de calcul.

Article mis à jour le 13/07/2017

Utilisez notre simulateur pour calculer votre taux horaire en quelques clics

1) Taux horaire et taux journalier

Les freelances disposent de deux méthodes différentes pour facturer leurs prestations ; le choix de l’une ou de l’autre dépend notamment de l’activité exercée.

Il y a le taux horaire, qui permet de calculer un tarif d’après le nombre d’heures nécessaires à la réalisation de la mission, mais aussi le taux journalier qui définit votre prix à la journée.

Dans ce second cas, on ne compte pas en nombres d’heures, mais en jours : une notion beaucoup plus vague, puisque qu’une journée de travail peut durer 7 heures comme elle peut durer beaucoup plus.

Alors, dans quels cas choisir l’un ou l’autre ? Cela dépend d’abord de la nature et des circonstances de la mission : par exemple, si un client vous propose une mission de 2 jours par semaine, durant lesquels vous devez travailler dans ses bureaux, le forfait journalier est probablement plus commode.

Votre façon de travailler entre aussi en ligne de compte : certains freelances sont réglés comme des horloges et savent estimer précisément le temps qu’il leur faudra pour accomplir une mission, d’autres ont une productivité en dents de scie et ont besoin de délais un peu plus souples.

De manière générale, si votre activité consiste à réaliser les uns après les autres de gros projets auxquels vous vous consacrez à 100 %, le taux journalier est probablement le plus adapté.

 

2) Le taux horaire, utile pour les prestations ponctuelles

À l’inverse, si vous proposez des prestations d’une ou deux heures, un taux horaire sera plus judicieux – même si vous effectuer plusieurs missions au cours de la semaine, voire de la journée.

Il vous faudra évaluer le nombre d’heures nécessaires à chaque prestation pour en déterminer le coût.

Par exemple, si vous êtes rédacteur web et que vous savez qu’un article de 500 mots prend généralement 1h30, vous devrez appliquer un prix à la prestation qui équivaut à ce nombre d’heures travaillées. Si vous facturez habituellement 40 € / heure, le tarif d’un article de 500 mots sera d’environ 60 €.

 

3) Le calcul du taux horaire

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec la méthode de calcul de ce taux horaire.

Vous devez absolument envisager tous les facteurs qui vont peser sur le prix, pour être certain qu’il vous reste de quoi manger à la fin du mois !

 

Tout d’abord, définissez le salaire mensuel que vous souhaitez obtenir.

Premier conseil : attention à la folie des grandeurs lors de la fixation de ce salaire ! Cependant, veillez à ne pas non plus vous sous-estimer en visant un salaire de misère.

Renseignez-vous sur le barème de votre secteur d’activité, pour avoir une idée de la rémunération à laquelle vous pouvez prétendre. Prenez aussi en considération votre niveau d’étude et votre expérience afin de revoir cette rémunération à la hausse ou légèrement à la baisse.

Pour le fixer, vous pouvez partir d’un salaire net mensuel que vous aimeriez percevoir, auquel vous ajouterez le montant nécessaire pour couvrir vos charges sociales et fiscales, ainsi que les frais inhérents à votre activité (location de locaux, communications, etc.)

Divisez ensuite ce montant par le nombre d’heures travaillées en un mois (ce chiffre est bien sûr variable, mais il tourne généralement autour de 140-160 heures), et vous obtenez votre taux horaire.

 

Ajoutez ensuite vos charges sociales et fiscales

Si vous êtes auto-entrepreneur, il vous faudra ajouter environ 30 % à votre salaire net idéal pour couvrir vos charges sociales et fiscales (à moins que vous ne bénéficiez d’exonérations grâces à des aides financières comme l’ACCRE).

Veillez aussi à intégrer la CET (Contribution Économique Territoriale) et l’impôt sur le revenu.

Si vous avez un autre statut (entreprise individuelle, etc.), n’hésitez pas à doubler la rémunération souhaitée, les charges diverses représentant environ 50 % du bénéfice.

Vous allez sûrement prendre quelques jours de repos durant votre année (il est important de déconnecter du travail !). Comme le système de congés payés n’existe pas pour les freelances, à vous de créer votre capital vacances en ajoutant un petit pourcentage à votre rémunération.

 

Incluez les frais inhérents à votre activité

Location de bureau, fournitures diverses, ligne internet, forfait mobile professionnel, déplacements chez le client, achat de matériel…

Le fonctionnement d’une auto-entreprise requiert un certain nombre de dépenses, bien qu’elles soient très variable selon votre activité et votre mode de travail (travailler à la maison est forcément moins coûteux que de louer un bureau).

Estimez les frais mensuels que vous devrez assumer et intégrez les à votre « salaire brut ».

 

Simulateur pour calculer votre taux horaire

 

 

Calculez votre taux horaire

Maintenant que vous avez obtenu une somme mensuelle, il ne vous reste plus qu’à calculer votre taux horaire.

Pour ce calcul, partez du principe que vous travaillerez environ 22 jours par mois, 8 heures par jour (bien que, encore une fois, cela varie d’un individu et d’une activité à l’autre).

Toutefois, souvenez-vous que toutes les heures travaillés dans le cadre de votre activité ne seront pas effectivement facturées.

Comprenez par là que votre taux horaire ne sera pas applicable au temps consacré à la prospection, à la gestion de votre communication, à l’administratif ou encore à la comptabilité.

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Pour prendre ce facteur en compte, retirez environ 30 % de votre temps de travaille estimé : on passe alors de 22 jours à 15, 4 jours par mois.

Prenons un exemple concret : vous êtes en entreprise individuelle et vous souhaitez percevoir, chaque mois, environ 2 500 € de rémunération. Voici le calcul à effectuer :

  • Pour compenser les charges : 2 500 € x 2 = 5 000 €
  • Pour prévoir des vacances : 5 000 + 10 % = 5 500 €
  • Frais indispensables à l’activité (environ 300 € / mois) : 5 500 + 300 = 5 800 €
  • Calcul du tarif journalier : 5 800 / 15.4 = 376 € / jour
  • Calcul du tarif horaire 376 / 8 = 47 € / heure

 

Les simulateurs de charges

Un doute sur les charges sociales et fiscales applicables pour votre entreprise ?

Ces différents simulateurs peuvent vous aider à vous faire une idée plus précise de ces dépenses et ainsi mieux les prendre en compte au moment de fixer votre taux horaire.

Amcsa.fr – Simulateur pour Auto Entrepreneur

Capture-d’écran-2015-05-29-à-12.01.40

 

APCE – Calcul de vos cotisations

apce

Entrepriseindividuelle – Simulation de charges pour les entreprises

entrepriseindividuelle

 

ACPI – Simulation de portage salariale

acpi

Le tarif horaire sur Codeur.com

Afin de vous aider, nous avons réalisé une courbe des tarifs horaires toutes compétences confondues sur Codeur.com.

tarif-horaire-Codeur

Maintenant, à vos calculatrices pour vérifier que le taux horaire moyen que vous appliquez est correct !

Vous êtes freelance ? Codeur.com vous permet d’entrer en relation avec des centaines de clients : n’attendez plus pour créer votre profil.

Source : L’express.fr

 

Auteur de l’article original : Fabien Berthoux

Freelance, comment fixer vos tarifs  ?
5 (100 %) 2 votes
7 Commentaires

7 Comments

  1. L.C

    1 juin 2015 at 17 h 43 min

    Très bon article, je me permets néanmoins de corriger une erreur. L’Auto-entrepreneur est à 27%, impôts sur les revenus inclus. Il n’est pas de 30% + provision IR à prévoir.

  2. Pauline Lalangue

    5 juillet 2015 at 14 h 30 min

    L’article est intéressant, merci Fabien pour votre clarté et pour les simulateurs entre autres, mais malheureusement je le trouve très théorique, pour ne pas dire utopique.

    Un exemple à 60 euros les 500 mots, je demande à voir les offres… La réalité c’est entre 4 et 7 centimes le mot, et on peut voir des rémunérations inférieures sur des plateformes qui saignent les rédacteurs comme GreatContent. EH oui, les rédacteurs off-shore sont heureux mais les français font la tronche (pour une bonne raison !).

    Alors je demande à voir : si codeur.com se met à filtrer les offres de rédaction et choisit de ne publier que des « 60 euros les 500 mots », il risque de ne pas y avoir grand chose. Certes c’est souvent au freelance de faire une offre mais arrêtons de nous voiler la face : le client va choisir le prix le plus bas ou celui juste au-dessus, références en prime.

    Je serai ravie de lire des réponses de freelances ou de vous, Fabien, en tant qu’expert reconnu ;-).

    P.

  3. Fabien Berthoux

    6 juillet 2015 at 8 h 02 min

    Bonjour Pauline,

    Merci pour votre message.

    Les exemples sont fictifs, ils permettent de remplacer les sommes par votre situation.

    Tous les PDP ne sélectionnent pas un projet uniquement pour le prix. Comme tous les appels d’offres, les critères de recherches peuvent varier (expérience, proximité, pertinence technique, prix).

    Les plateformes comme GC ou Redacteur.com permettent de standardiser et d’encadrer les projets pour faire gagner du temps aux rédacteurs et donc simplifier au maximum la mise en relation pour économiser sur des coûts non productif.

    Après il ne faut pas oublier que ces plateformes apportent une aide complémentaire à votre activité de freelance. Elles sont un moyen d’obtenir des missions et des contacts avec des nouveaux clients.

    Sur Codeur.com nous filtrons les demandes de travail gratuit et les concours.

    Cordialement,

    Fabien.

  4. denis

    11 août 2016 at 8 h 18 min

    Bonjour à tous.
    Juste un petit commentaire…aimable…forcément aimable.
    Il aurait été prudent de mentionner que cet article ne tient pas compte du CA maximum (possible) à dégager pour un auto-entrepreneur non assujetti à la TVA.
    Dans l’exemple pris (47€ l’heure) le CA dépassera 63000€ soit presque le double du CA autorisé….
    Auto-entrepreneurs; n’adaptez à votre cas que ce qui est adaptable. Ne prenez pas pour argent comptant le tout et le n’importe quoi. Cet article en l’occurrence n’est pas du n’importe quoi, mais un survol rapide qui peut (et doit) vous faire prendre votre calculette en mains car c’est à vous qu’il reviendra d’assumer une erreur. Enfin…2500€ en salaire net mensuel, ce n’est simplement pas possible en franchise de TVA, car même sans autres frais (!) que les charges sociales cela équivaudrait à un CA de 37590€ (pour 32900€ possibles en 2016).

  5. roca

    5 octobre 2016 at 15 h 42 min

    Bonjour Fabien et merci pour cet article qui me conforte concernant les prix que je pratique, mais qui ne semble pas correspondre à ce que les sociétés sont prêtes à payer pour un travail de rédaction, en exigeant la qualité, la documentation et l’optimisation.
    Je me suis en effet inscrite hier sur votre plateforme, et j’ai été complètement sidérée de constater que certains articles (dont je ne me souviens pas exactement le nombre de mots mais pas moins de 500 j’en suis certaine) étaient demandés par des clients, aux rédacteurs, pour moins de 2€. Pour l’instant, je n’ai pas encore eu besoin d’avoir recours à ce canal d’offres de marché, mais je me demandais comment pérenniser, faire reconnaître et crédibiliser une activité à ce rythme là.
    Le contenu de ce message ne constitue pas une attaque contre la plateforme en question, mais un constat amer sur des pratiques à la limite de l’indécence. Je suis peut-être complètement à côté de la plaque et prête à me remettre en question, mais vous, qu’en pensez-vous ?

  6. Fabien Berthoux

    6 octobre 2016 at 9 h 06 min

    Bonjour Roca,

    Nous essayons d’aider le plus possible les porteurs de projet et les freelances à travailler ensemble. Nous distribuons des cahiers des charges gratuitement, nous envoyons des séries de mails aux porteurs de projet pour les aider à : définir le périmètre du projet, sélectionner un prestataire et définir le budget alloué.

    Le mieux pour vous est de vous concentrer sur les projets déposés par « votre client idéal ». Vous pourrez ainsi essayer de trouver des nouveaux clients à fidéliser.

  7. Cam

    8 septembre 2017 at 13 h 28 min

    Merci beaucoup pour cet article ! Moi qui suis complètement perdu dans le vaste monde des charges^^

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boostez votre stratégie marketing avec les conseils de nos spécialistes

  • Conversion e-commerce
  • Tendances mobile
  • Optimisation webmarketing

À ne pas manquer

To Top