Comment créer un logiciel ? 10 étapes à suivre

créer un logiciel

Sur Codeur.com, trouvez rapidement un freelance pour réaliser votre projet Développement. Voir les développeurs disponibles

Que ce soit pour notre vie privée ou professionnelle, nous passons de plus en plus de temps sur des logiciels. Sur smartphone ou sur ordinateur, un logiciel est un programme, une suite d’instructions données à votre matériel (hardware) afin qu’il exécute certaines actions.

Pour créer votre propre logiciel, il faudra soit mettre les mains dans le cambouis, soit faire appel à un développeur logiciel freelance.

Quelle que soit votre motivation pour créer un logiciel, cet article va vous intéresser en vous présentant les 10 étapes essentielles pour la création de votre logiciel.

1. Définissez les objectifs de votre logiciel

Avant de démarrer le développement de votre logiciel, il est crucial de définir clairement l’objectif de votre logiciel :

  • À qui est-il destiné ?
  • Quelles fonctionnalités doit-il avoir ?
  • Quels problèmes doit-il résoudre ?

Identifiez clairement les besoins et les attentes des utilisateurs finaux. Cela vous aidera à déterminer les fonctionnalités essentielles du logiciel et à orienter le développement.

Un logiciel utile est celui qui va servir à accomplir une tâche qui améliore ou facilite la vie des gens, des entreprises… Existe-t-il déjà des programmes de ce type ? Sont-ils améliorables ? Ont-ils des défauts ? Les réponses à ces questions vous permettront de visualiser les fonctionnalités à prévoir pour satisfaire les besoins des futurs utilisateurs.

Une feuille de papier peut parfois être utile, même à un programmeur informatique ! Listez ou dessinez un avant-projet. Ce document doit vous aider à mettre en avant les caractéristiques essentielles de votre programme et les objectifs que vous souhaitez remplir. Il vous servira de fil conducteur mais également de garde-fou, surtout si vous faites appel à d’autres personnes. Des modèles existent un peu partout et sont disponibles sur le web.

2. Choisissez le langage dans lequel développer votre logiciel

Une fois les objectifs du logiciel définis, vous devriez avoir une idée générale de ce que votre logiciel doit accomplir. Cela va vous permettre de définir quel langage utiliser pour créer votre logiciel. En effet, certains langages sont mieux adaptés à certains types de tâches.

Notez toutefois que vous devrez prendre en compte d’autres facteurs lors du choix de votre langage de programmation :

  • les compétences de votre équipe de développement (ou la disponibilité des compétences sur le marché du travail)
  • les contraintes budgétaires
  • la documentation existante
  • la communauté de développement
  • la facilité de maintenance et l’évolutivité du langage

Dans l’ensemble, privilégiez un langage qui correspond le mieux aux besoins de votre projet et aux compétences de votre équipe.

Vous n’avez pas de développeur disponible dans votre équipe pour créer votre logiciel ? Codeur.com recense plus de 20 000 développeurs sur sa plateforme.

Trouvez un développeur sans attendre pour créer votre logiciel :

  1. Postez gratuitement une annonce sur Codeur.com en détaillant vos besoins, votre budget et vos délais.
  2. Recevez les devis des développeurs disponibles et discutez avec eux pour mieux définir vos besoins.
  3. Choisissez le meilleur développeur pour créer votre logiciel !

C

Honneur aux anciens avec le langage C ! Crée dans les années 1970, il est encore aujourd’hui l’un des langages les plus utilisés. Il a servi de modèle à ses successeurs mais ne doit pas être délaissé pour autant !

Il sert essentiellement à donner des instructions à votre matériel (machines, écran, outil, unité centrale, etc).

C++

Créé en 1983, le C++ est le langage le plus utilisé au monde. Extrêmement populaire, il est sans cesse amélioré et enrichi.

De très nombreux logiciels mondialement connus sont développés grâce à lui, comme Libre Office, Photoshop ou encore Chrome. C’est également un langage de référence pour la programmation des jeux vidéo.

Il bénéficie d’une maturité exceptionnelle et offre à la fois stabilité et innovation. Si la performance est critique pour votre logiciel, ce langage compilé peut être envisagé sans craintes.

Il est facile à apprendre et convient aux débutants, mais sa maîtrise vous prendra beaucoup de temps.

Java

Crée par Sun Microsystems en 1995, Java représente une évolution du C++.

Quasiment tous les ordinateurs (sous quelqu’OS que ce soit) peuvent lancer une Java Virtual Machine et donc lire un programme Java.

Ce langage multiplateforme est donc idéal si la portabilité est importante pour votre logiciel.

C#

Développé par Microsoft, le langage C# est basé sur la même syntaxe que les langages C dont nous avons parlé précédemment. Il sera donc compréhensible si vous maîtrisez ces langages.

Très bien intégré à Windows, il vous sera plus qu’utile si vous souhaitez créer un logiciel de bureau fonctionnant sous Windows.

Objective-C

Langage de la famille du C, l’Objective-C a lui aussi de nombreuses similarités avec les précédents mais se distingue par son orientation Apple.

Si vous souhaitez créer une appli pour l’App Store, c’est ce langage qu’il faudra maîtriser.

Swift

Plus moderne que l’Objective-C, Swift est sûr et rapide. Il est recommandé pour le développement d’applications iOS.

Python

Le langage Python a pour lui sa facilité d’apprentissage et son orientation web. C’est d’ailleurs un langage qui est enseigné au lycée.

Il se repose sur un vaste écosystème de bibliothèques et est très populaire pour l’apprentissage automatique.

Si la rapidité de développement est votre priorité, Python conviendra parfaitement à votre logiciel.

Ruby

Avec son orientation objet, Ruby est intéressant pour les applications d’entreprise. Avec Ruby on Rails, il accélère le développement d’applications web.

SQL

Si votre logiciel implique la manipulation de données, vous ne pourrez certainement pas vous passer du SQL, langage standard pour les bases de données relationnelles.

Faites-vous conseiller par un développeur professionnel pour bien choisir le langage de développement de votre logiciel.

+250 000 freelances disponibles sur Codeur.com

Recevoir des devis gratuits

Rapide, gratuit et sans obligation

3. Déterminez l’architecture du logiciel

Une fois votre langage choisi, concevez une architecture logicielle détaillée décrivant la structure du système :

  • Composants : Identifiez les grandes parties du système qui seront des composants distincts. Par exemple, dans un système de gestion de base de données, cela pourrait inclure des composants pour la gestion des utilisateurs, la gestion des données, etc.
  • Sous-composants : Divisez chaque composant identifié en sous-composants plus petits. Par exemple, un composant de gestion des utilisateurs pourrait inclure des sous-composants pour l’authentification, l’autorisation, etc.
  • Classes et Objets : Pour les composants orientés objet, définissez les classes et les objets associés. Spécifiez les propriétés et les méthodes de chaque classe.
  • Algorithmes : Détaillez les algorithmes spécifiques pour les composants qui en nécessitent.
  • Technologies : Sélectionnez les technologies et les outils qui seront utilisés pour mettre en œuvre chaque composant (bases de données, frameworks, langages de programmation, etc.)
  • Interfaces : Détaillez comment les composants interagissent les uns avec les autres (protocoles de communication, entrées, sorties).
  • Interface Utilisateur (UI) : Élaborez les conceptions détaillées de l’interface utilisateur (disposition des éléments, navigation, etc.).
  • Erreurs : Prévoyez la gestion des erreurs à chaque étape. Identifiez les scénarios où des erreurs peuvent survenir et définissez comment le système doit réagir.
  • Sécurité : Identifiez les points où la sécurité doit être renforcée.
  • Performances : Assurez-vous que l’architecture est conçue pour des performances optimales. Affinez si nécessaire la conception en incluant des structures de données efficaces, en optimisant les requêtes, etc.

Pensez à documenter l’architecture de manière à ce que les membres de l’équipe puissent la comprendre et la suivre. Cela peut inclure la création de diagrammes de flux, de diagrammes UML, de schémas, et d’autres documents explicatifs. Produisez aussi une documentation détaillée pour chaque composant : descriptions complètes de la logique métier, des algorithmes, des structures de données, etc.

4. Transformez-vous en designer (ou faites appel à l’un d’entre eux)

Une fois les fondations et la structure prêtes, il sera nécessaire de donner un habit de lumière à votre création. Nombre de logiciels passent à côté de leur public par manque de « beauté » ou de réactivité/maniabilité.

Cette étape est chronophage car il faut faire preuve d’une minutie extrême. Tous les éléments graphiques doivent être testés et retestés, puis enveloppés de l’interface graphique la plus élégante possible afin de favoriser ce que l’on appelle l’UX (Expérience utilisateur). Pensez à la disposition des éléments, à la navigation, aux couleurs, etc.

Vous ne vous sentez pas l’âme d’un designer ? Sachez que vous pouvez trouver à tout moment un designer UI sur Codeur.com !

5. Implémentez le code et intégrez les composants du logiciel

Vous pouvez maintenant commencer à implémenter votre code en suivant les directives établies lors de l’étape d’architecture.

Pensez à respecter les bonnes pratiques de codage pour conserver un code modulable, lisible et réutilisable.

Pour chaque composant individuel, effectuez des tests unitaires afin de vérifier s’il fonctionne correctement de manière isolée.

Intégrez ainsi progressivement les différents composants du logiciel, en testant au fil de l’eau. Assurez-vous que l’ensemble du système fonctionne correctement.

6. Testez, testez, et… testez !

Vous avez fini d’implémenter le code de tous les composants ? Vous pensez avoir terminé votre logiciel ? Une minute… l’avez-vous bien testé, en long en large et en travers ?

La phase de tests de validation est cruciale pour vérifier que le logiciel répond bien aux exigences spécifiées initialement.

Il vous faudra donc multiplier les tests afin de débusquer et traquer les bugs éventuels qui ne manqueront pas de surgir. Ils peuvent prendre des formes diverses, mais il sera nécessaire de tous les corriger ! Fonctionnalités, performances, … Rien ne doit être laissé au hasard.

Comme toute correction, vous serez bien plus efficace à plusieurs, car d’autres paires d’yeux que les vôtres verront sûrement votre « bébé » sous un autre angle.

Vous pouvez aussi déposer votre code sur GitHub (la plateforme de référence pour le développement de logiciels) afin de le soumettre à l’analyse de la communauté des développeurs. Attention, les retours peuvent être négatifs mais peuvent aussi vous aider à franchir des paliers, à proposer des solutions à des problèmes éventuels, etc.

7. Déployez votre logiciel

L’étape de déploiement est critique car elle marque la transition du développement à l’utilisation réelle du logiciel. Une planification rigoureuse et une coordination efficace sont nécessaires pour garantir un déploiement réussi et une expérience utilisateur positive.

Préparez donc minutieusement votre logiciel à être utilisé dans un environnement réel, par ses utilisateurs finaux :

  • Créez des packages d’installation pour faciliter le déploiement sur les systèmes des utilisateurs finaux.
  • Configurez les serveurs : assurez-vous que tout est prêt pour la mise en production (bases de données, serveurs web, paramètres de sécurité, etc.).
  • Migrez les données vers l’environnement de production, si ce n’est pas déjà fait. Effectuez des sauvegardes, par précaution.

Pensez à bien vous coordonner avec toutes les équipes pour le déploiement du logiciel auprès des utilisateurs. Dans certains cas, il peut être judicieux de déployer le logiciel graduellement auprès des utilisateurs pour détecter rapidement les problèmes et les résoudre avant un déploiement complet.

Surveillez les performances et les logs du logiciel lors du déploiement. Cela vous permettra d’identifier rapidement les éventuels problèmes.

8. Protégez votre œuvre

Les idées provenant de votre cerveau vous appartiennent. En tant que concepteur d’un logiciel, vous êtes considéré comme son auteur et en êtes donc le propriétaire jusqu’à 70 ans après votre mort.

Afin d’éviter tout problème si jamais l’on venait à plagier votre logiciel, il est nécessaire que vous puissiez prouver que vous en êtes l’auteur. Pour cela, rien de plus simple : il vous suffit de vous envoyer à vous même un courrier recommandé avec accusé de réception dans lequel vous décrivez votre création. Gardez le pli cacheté : cela prouvera la date de création du logiciel auprès des autorités.

Vous pouvez également déposer une demande sur le site de l’Agence pour la Protection des Programmes (APP), un organisme européen qui gère ce genre de question.

9. Vendez votre logiciel

Vous souhaitez mettre votre logiciel à disposition du monde entier ? Rien de plus facile ! Vous pouvez tout simplement créer un site personnel et le vendre par vous-même, ou sur Google Play et l’App Store s’il s’agit d’une application mobile.

Informez les utilisateurs finaux du lancement de votre logiciel, des nouvelles fonctionnalités et des changements éventuels via une large campagne de communication. Si besoin, faites appel à un consultant en communication freelance pour vous aider dans cette démarche.

N’oubliez pas d’intégrer une notice d’utilisation pour vos clients. Si nécessaire, fournissez une formation aux utilisateurs pour vous assurer qu’ils comprennent bien comment utiliser le logiciel de manière efficace. Cela vous permettra également de collecter quelques retours des utilisateurs finaux sur votre V1.

10. Proposez une maintenance et des mises à jour régulières

Vous avez vendu votre logiciel ? Vos utilisateurs en sont satisfaits ? Malgré cela, votre travail n’est pas terminé !

Une fois le logiciel déployé, assurez-vous de suivre son utilisation et de résoudre rapidement les problèmes qui pourraient survenir.

Prévoyez d’ajouter de nouvelles fonctionnalités selon les besoins des utilisateurs, et de mettre à jour le logiciel en fonction des évolutions technologiques.

À retenir pour créer votre logiciel

Même s’il existe de très nombreux logiciels, chaque entreprise a ses propres exigences et il est parfois difficile pour un logiciel « grand public » de répondre au plus près aux besoins spécifiques de chaque entreprise. Créer votre propre logiciel vous permettra de répondre à toutes les exigences et aux évolutions de votre entreprise et donc de gagner un temps précieux.

Un logiciel sur mesure vous coûtera certainement plus cher lors de son développement, mais en calculant ce que vous coûtent réellement les multiples licences utilisées par vos collaborateurs, vous devriez vous y retrouver. Votre logiciel personnalisé sera rapidement rentabilisé. Pour savoir combien coûte un logiciel, n’hésitez pas à demander des devis à plusieurs prestataires et comparez les devis.

Le chemin pour créer son propre logiciel peut toutefois être long et difficile ! Y arriver seul n’est jamais très aisé. Il vaut mieux être accompagné d’une équipe avec des membres ayant chacun sa spécialité et pouvant ainsi apporter une plus-value d’ensemble à votre logiciel.

Une autre solution existe pour retranscrire votre idée : faire appel à un développeur logiciel freelance qui saura vous accompagner du début à la fin de votre projet. Pour cela, il vous suffit de déposer votre projet sur le site Codeur.com pour recevoir des devis de développeurs freelances.