Freelances, comment choisir entre le statut auto-entrepreneur et le statut portage ?

image-a-la-une-article-codeur

Votre décision est prise : vous allez lancer votre propre activité en freelance ! Mais avez-vous réfléchi au statut que vous allez adopter ? Si plusieurs possibilités s’offrent à vous, comme l’entreprise individuelle et ses variantes (EIRL, EURL), les statuts auto-entrepreneur et portage salarial sont sans doute les plus répandus.

Quels sont leurs avantages respectifs ? Comment choisir ? Codeur.com vous donne les réponses.

Tout d’abord, sachez qu’il n’existe pas de « meilleur choix » : chacun de ces statuts a ses propres avantages et on ne saurait conseiller l’un des deux à la totalité des freelances. Au contraire, votre décision dépendra de votre projet professionnel, de votre secteur d’activité, etc. Il est donc important de bien connaître les spécificités de l’auto-entreprise et du portage salarial et de comprendre quel statut convient le mieux à votre situation.

 

Le statut portage salarial

Prium Portage

Sponsorisé

Prium Portage, une solution de portage salarial 100% en ligne

Prium Portage accompagne les freelances avec sa solution de portage salarial sur-mesure 100% en ligne pour leur permettre d’exercer librement leur activité et de bénéficier de la protection sociale complète d’un salarié.

Prium Portage assure la relation contractuelle avec les clients, la facturation des missions, le suivi des règlements, l’édition des fiches de paie, le versement des salaires ainsi que le remboursement des frais professionnels. Prium Portage propose également des solutions d’optimisation telles que la mise en place de plans d’épargne salariale (PEE ou PERCO), les tickets restaurants, les chèques emploi service, les chèques cadeaux ou l’accès à un comité d’entreprise.

À savoir
Prium Portage milite pour une transparence totale avec ses futurs portés en mettant à leur disposition une simulation de salaire en ligne avec zéro frais cachés.

Avantages

Le principal avantage du portage salarial est sans doute l’accès au régime de protection sociale des salariés, là où l’auto-entreprise permet seulement de cotiser au RSI (Régime Social des Indépendants), moins intéressant. En plus de bénéficier de la sécurité sociale, vous bénéficiez également du droit de validation de trimestres de retraite ; et même du droit au chômage !

Le saviez-vous ?
Les conditions de droit à l’ARE, allocation de retour à l’emploi, sont les mêmes que pour les salariés “classiques”.

Deuxième intérêt considérable, le salarié porté ne perd pas de temps avec la comptabilité ainsi que les démarches administratives et fiscales, qui sont gérées directement par l’entreprise de portage. Il peut donc se consacrer à 100 % à son activité.

freelance

Le salarié en portage salarial bénéficie par ailleurs d’une autonomie proche de celle d’un entrepreneur : il trouve sa clientèle, fixe ses prix et maîtrise son emploi du temps et sa charge de travail.

Enfin, les frais de gestion proposés par les sociétés de portage tendent à baisser grâce à l’arrivée de nouvelles sociétés très compétitives. Ces derniers peuvent varier entre 3 et 10% du montant facturé au client et ce qui constitue votre rémunération.

Attention
Les frais de gestion particulièrement bas peuvent faire l’objet de conditions cachées dont vous devez vous méfier. Assurez-vous donc de la réputation de votre société de portage.

Inconvénients

Le portage a toutefois un inconvénient majeur : les frais de gestion. En effet, la société de portage se rémunère en prélevant une commission sur le chiffre d’affaires mensuel du salarié porté : au final, le salaire net auquel vous pouvez prétendre avec ce statut n’excédera probablement pas 50 % de votre chiffre d’affaires hors taxes.

Par ailleurs, le portage n’est pas ouvert à tous les métiers. En réalité, il se destine surtout aux activités de services aux entreprises (notamment le consulting) : les services à la personne ou encore l’artisanat ne peuvent souvent pas être exercés en tant que salarié porté. Il faudra alors se tourner vers l’auto-entreprise.

 

Le statut d’auto-entrepreneur

Avantages

Si l’auto-entrepreneur ne dispose pas d’une société qui effectue les démarches administratives à sa place, il bénéficie toutefois d’une comptabilité allégée qu’il peut réaliser facilement : en effet, il lui suffit de tenir à jour un livre retraçant ses recettes dans l’ordre chronologique. Dans certains cas (activités commerciales ou prestations d’hébergement, notamment), il devra également tenir un registre résumant ses achats annuels.

Dans le registre des formalités, l’auto-entrepreneur peut aussi déclarer très facilement son chiffre d’affaires en ligne sur la plateforme Net Entreprise qui propose également un service de télépaiement automatique. Finie la galère des chèques et des déclarations papier !

Un autre avantage du statut d’auto-entrepreneur vous fait bénéficier de l’exonération partielle des cotisations sociales. En effet, cela vous permet ainsi de bénéficier d’une réduction des cotisations sociales valable au cours de votre première année d’exercice et donc de limiter vos charges sur cette période.

Attention
Pour y avoir droit, certains critères doivent être respectés. Informez-vous au préalable.

Inconvénients

En ce qui concerne le chiffre d’affaires, l’auto-entrepreneur est soumis à un plafond annuel assez bas qui peut s’avérer très pénalisant en cas de dépassement. Toutefois, l’auto-entreprise n’est pas soumise à la TVA : un atout non négligeable.

Attention
Si les produits ou services vendus par l’auto-entrepreneur sont exemptés de TVA, cette dernière s’applique quand même à ses achats. Le statut d’auto-entrepreneur est donc plus profitable pour les activités de services pures ne nécessitant pas (ou peu) d’achats que pour les autres.

Un autre inconvénient du statut d’auto-entrepreneur : vous n’avez pas la possibilité de déduire les charges liées à votre activité. En effet, le paiement de vos impôts et de vos cotisations sociales se basent sur votre chiffre d’affaires et non votre bénéfice.

 

Quel statut pour vous ?

Pour tester un projet, une idée

Le statut auto-entrepreneur est intéressant si vous avez l’âme d’un chef d’entreprise.

C’est par exemple un très bon moyen de tester un projet, une idée, dans l’optique de se développer à long terme et d’évoluer vers une autre forme juridique d’entreprise qui vous permettra d’embaucher des salariés et de ne plus être limité au niveau de votre chiffre d’affaires.

Pour vendre une expertise, un savoir-faire

Si vous n’avez pas pour projet de développer une entreprise mais que vous souhaitez vendre vous-même votre expertise et votre savoir-faire, le portage est une solution idéale car il vous assure la sécurité du régime salarié tout en vous offrant une liberté approchant celle d’un entrepreneur.

Cependant, si votre activité ne vous permet pas d’exercer en portage (services à la personne par exemple), l’auto-entreprise sera votre seule option.

En complément de votre activité professionnelle

Ces deux statuts sont très intéressants pour exercer une activité complémentaire en plus d’un emploi classique.

Ainsi, si vous adoptez le statut auto-entrepreneur tout en étant salarié, vous continuez de bénéficier du régime général de protection sociale ; cependant, vous devez cotiser partiellement auprès du RSI. Ici, cumuler emploi et portage est plus avantageux : cela vous permet de conserver un statut 100 % salarié et de cotiser normalement au régime général.

Le saviez-vous ?
Il est même possible de cumuler portage salarial et auto-entreprise. Par exemple, vous pouvez exercer votre activité à partir du début d’année en tant qu’auto-entrepreneur et, une fois le plafond de chiffre d’affaires atteint, poursuivre en tant que salarié porté.

 

Créez votre portefeuille client et envoyez-leur vos devis en quelques clics sur Codeur.com ! Des centaines de projets sont publiées chaque semaine : création de site internet, conception API, mise en page, développement spécifique, etc. Inscrivez-vous en tant que prestataire freelance sur Codeur.com !

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Le RSI n'est il pas amené a disparaître ?
    Il me semble avoir lu que depuis le 1er janvier 2019, les personnes au RSI étaient transférés au Régime générale. Les Personnes inscrites en tant qu'auto-entrepreneur après cette date seraient automatiquement inscrit au régime générale.

    • Bonjour Nadia,
      Merci pour votre commentaire ! Effectivement, le RSI a été intégré au sein du régime général de la Sécurité Social en janvier 2020. Cela n'a toutefois pas impacté la protection sociale des travailleurs indépendants, qui conservent les mêmes droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *