Entrepreneurs : quel salaire devez-vous vous verser ?

Même en tant qu'entrepreneur vous pouvez difficilement vous verser le salaire que vous voulez, au risque de mettre en péril votre trésorerie. Votre rémunération doit être bien pensée.

Salaire entrepreneur

Quand on est son propre chef, on est aussi son propre rémunérateur et la tentation de se verser les bénéfices est inévitable.

Mais attention, tous les bénéfices ne vous appartiennent pas (malheureusement !). Sans compter qu’il faut aussi conserver une trésorerie pour le bon fonctionnement de votre activité.

Même si l’objectif de la création d’entreprise est de pouvoir vivre confortablement de son activité, chaque rémunération doit être calculée au plus juste. Alors, comment connaître le salaire auquel prétendre ?

La définition du salaire de l’entrepreneur

Le salaire de l’entrepreneur est fortement lié à la santé de l’entreprise, ses charges et surtout des bénéfices. D’ailleurs, ce n’est pas un salaire, mais une rémunération.

Pour la calculer, vous devez tenir compte de l’évolution de l’entreprise et des cotisations sociales. Selon votre forme juridique, ces dernières représentent de 30 à 48 % de vos bénéfices.

Le saviez-vous ?
Le revenu maximum que vous pouvez vous permettre se situe entre 70 et 52 %.

Si vous avez opté pour le statut d’entreprise individuelle ou auto-entreprise, ou autres sociétés soumises à l’impôt sur le revenu, vous êtes libre de vous verser le salaire que vous voulez.

Mais est-ce si simple ?

Le principe des 3 mois

La vie d’entrepreneur est riche en imprévus !

Il peut s’agir de taxes ou impôts que vous n’auriez pas prévus (la CFE, par exemple) ou simplement d’une variation d’activité. Si vous êtes sur un secteur très saisonnier, votre chiffre d’affaires risque de fortement fluctuer, et vous aurez des mois avec peu de bénéfices (et inversement !).

Généralement, les comptables recommandent de se verser une rémunération à partir du moment où vous disposez de 3 mois de chiffres d’affaires sur votre compte professionnel. Ces 3 mois serviront d’épargne pour les charges imprévues ou les périodes creuses.

Contactez jusqu'à 400 clients/mois

Proposez vos services sur Codeur.com et contactez les clients en souscrivant un abonnement pour seulement 29 € HT.

Trouver des clients

Variation de la rémunération

Si vous espérez comptabiliser vos bénéfices, puis soustraire les charges (frais fonctionnels et cotisations sociales) pour connaître votre salaire, vous allez vite rencontrer des problèmes.

Pour commencer : votre rémunération va varier tous les mois. Or, comment connaître son niveau de vie, et donc son potentiel de dépense, si vos revenus sont cycliques ?

Pour éviter les écueils, ayez une vision d’ensemble concernant vos dépenses personnelles fixes (loyer, électricité, crédit auto, abonnement internet…) et votre potentiel de rémunération.

Prenons un exemple
Si vous avez 1 000€ de dépenses par mois et que vos bénéfices fluctuent mensuellement entre 1 500 et 3 500 euros, versez-vous 2 000 € par mois, toute l’année.

Au moment du bilan, fin décembre ou début janvier, vous pourrez toujours vous verser une « prime » s’il reste de la trésorerie disponible.

Quid de la première année ?

Ce qui est conseillé ci-dessus est difficile à réaliser la première année. Généralement, les chefs d’entreprise évitent de se payer durant les 6 premiers mois d’activité, voire la première année complète.

Dans le cas où ce ne serait pas possible, ne puisez que le minimum requis dans votre trésorerie. N’oubliez pas, qu’en tant qu’entrepreneur, vous avez le droit à des aides de l’État lorsque vous gagnez peu d’argent. C’est le cas de la prime d’activité par exemple, mais aussi des APL (pour votre loyer).

Pensez aussi à demander l’ACCRE qui vous permet d’être exonéré d’une partie des cotisations sociales durant la première année d’exercice.

Et si votre activité connaître une croissance fulgurante (c’est tout ce qu’on vous souhaite !), voir le principe des 3 mois pour savoir quand vous verser votre première rémunération.

 

En tant qu’entrepreneur, vous pensez n’avoir aucune restriction en matière de votre rémunération. Cela peut vous paraître vrai jusqu’à ce que vos chiffres tombent dans le rouge !

Conservez toujours un « matelas » pour les imprévus, les périodes creuses ou tout autre événement malencontreux. Ensuite, veillez à conserver un rythme linéaire de rémunération, quitte à l’augmenter l’année suivante.

Respecter ces conseils vous permettra de pérenniser votre activité, pour arriver au niveau de vie que vous avez toujours souhaité !

Entrepreneurs  : quel salaire devez-vous vous verser  ?
5 (100 %) 3 votes

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *