SEO : 7 points à vérifier pour un site Mobile First bien indexé

mobile first indexation SEO

L’épidémie mondiale qui nous frappe aura produit au moins ceci de bon : Google a décidé de reporter de quelques mois le passage de son index en « mobile-first ». Si les développeurs connaissent les mesures à prendre, Google en a récemment ajouté quelques-unes.

Nous allons donc refaire le tour de tout ceci afin de voir ce que vous devez vérifier pour que votre site soit correctement indexé.

 

Besoin d'un développeur ?webmaster ?rédacteur ?

Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com, recevez une quinzaine de devis et sélectionnez le prestataire idéal.

Trouver un prestataire

La différence entre Mobile Friendly et Mobile First

SEO mobile first

Depuis 2015, Google favorise les sites internet qui s’adaptent au format de l’écran utilisé par l’internaute. Ces sites, au design responsive, sont considérés comme « Mobile Friendly ».

Cependant, cela ne signifie pas que la navigation soit confortable ni que l’expérience utilisateur soit agréable. Il arrive très souvent que l’affichage soit peu lisible ou que le temps de téléchargement soit exceptionnellement long. Cela s’explique par le fait qu’un site « Mobile Friendly » est très souvent conçu APRÈS la version desktop. Or, il existe une grande différence entre les standards de navigation et d’utilisation entre ces deux versions.

Le « Mobile First », au contraire, privilégie en priorité la création du site mobile avant la version desktop. La conception d’un site « Mobile First » vise à offrir aux mobinautes une expérience inoubliable. Les entreprises peuvent ensuite adapter cette dernière à la version bureau ou faire le choix de proposer un modèle spécifique pour chaque support.

 

Pourquoi créer un index Mobile First ?

Si, jusqu’à présent, il suffisait que votre site s’affiche parfaitement sur tous les écrans pour satisfaire le moteur de recherche, aujourd’hui, Google est bien plus exigeant !

Depuis la poussée de l’internet mobile, plusieurs développeurs se sont efforcés de proposer des contenus et des formats différents en fonction du support utilisé par les internautes. Après tout, les mobinautes ne recherchent pas la même expérience que les internautes provenant d’un ordinateur.

Google souhaite donc récompenser les entreprises qui font l’effort de favoriser l’expérience utilisateur sur mobile. Voilà pourquoi l’index « Mobile Friendly » laisse place au « Mobile First ». Les entreprises qui veulent conserver leur visibilité SEO sur le moteur de recherche devront donc réaliser quelques changements…

 

Les points à contrôler pour un site mobile bien référencé

SEO mobile first

Tester les données structurées

Les données structurées sont utiles pour aider ce cher GoogleBot à mieux comprendre le contenu de vos pages. De plus, elles permettent de mettre en valeur vos pages de manière sophistiquée dans les résultats de recherche, le plus souvent en position zéro, grâce aux « rich snippets ».

Si vous utilisez des données structurées sur les versions « de bureau » de vos pages, vous devez avoir la même chose sur les versions mobiles, car avec l’indexation mobile first, Google n’utilisera que la version mobile de votre page pour l’indexation.

Testez vos pages à cet égard peut être délicat. Nous vous suggérons de tester les données structurées en général, puis de les comparer à la version mobile de la page. Pour la version mobile, vérifiez le code source lorsque vous simulez un appareil mobile ou utilisez le code HTML généré avec l’outil de test adapté aux mobiles.

À savoir
Notez qu’une page n’a pas besoin d’être adaptée aux mobiles pour être prise en compte pour l’indexation mobile-first.

Vérifier les balises « noindex – nofollow »

Vous devez utiliser les mêmes directives dans votre robots.txt sur les 2 versions de votre site. Si vous utilisez « noindex » (ou « nofollow ») sur mobile, il est possible que Google ne parvienne pas à indexer (ou à suivre) les liens de votre page lorsque votre site sera indexé en mobile-first.

Attention au « Lazy load »

De la même manière que vous devez vous assurer de ne bloquer aucune ressource, et que vous devez également prendre garde à ce que vous placez en « noindex – nofollow », vous devez permettre à Google de lire ce que vous chargez progressivement dans votre page.

Le lazy load est très fréquent sur mobile. Évitez cependant de placer votre contenu principal derrière cette pratique, en demandant une interaction de l’utilisateur (glisser, ou cliquer), car Googlebot ne déclenchera pas ces interactions.

Votre contenu ne sera pas indexé, vos images ne seront plus affichées dans Google Images. Le lazy load doit automatiquement charger le contenu au moment où il doit être visible à l’écran.

Besoin d'un développeur ?webmaster ?rédacteur ?

Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com, recevez une quinzaine de devis et sélectionnez le prestataire idéal.

Trouver un prestataire

Ne pas bloquer les ressources utiles sur mobile

Certaines ressources ont des URL différentes sur la version mobile : elles sont parfois servies sur des hôtes différents. Si vous souhaitez que Google explore vos URL, assurez-vous de ne pas en interdire l’exploration avec votre fichier robots.txt.

Par exemple, le blocage des URL des fichiers .css empêchera Googlebot de rendre vos pages correctement, ce qui peut nuire au classement de vos pages dans la recherche. De même, le blocage des URL des images fera disparaître (temporairement) ces images de Google Images. En parlant d’images…

Attribuer les mêmes url à vos images sur desktop et mobile

Si vos images n’ont pas la même URL sur les versions Bureau et Mobile, envisagez de leur attribuer la même adresse, afin de ne pas subir leur désindexation, même temporaire.

D’ailleurs, pourquoi n’ont-elles pas la même URL ? Vous n’utiliseriez pas des images plus petites afin de les faire rentrer sur un écran plus petit par hasard ? Si tel est le cas, c’est une très mauvaise pratique : ces vignettes de faible résolution peuvent être considérées comme de « mauvaise qualité » par Google qui les jugera trop petites pour être présentées dans Google Images. En parlant de Google Images…

Optimiser votre texte alternatif pour Google Images

La valeur des attributs « alt » sur les images est un excellent moyen de décrire les images aux utilisateurs malvoyants utilisant des « lecteurs d’écran », et aux robots des moteurs de recherche. Sans l’attribut « alt » sur vos images, il est beaucoup plus difficile pour Google Images de comprendre les images que vous utilisez sur vos pages.

Vérifiez les balises « img » dans le code source de la version mobile des pages importantes de votre site web et vérifiez qu’elles possèdent les attributs « alt » appropriés pour les images que vous souhaitez voir apparaître dans Google Images.

Baliser vos vidéos

Si votre version de bureau utilise les données structurées « VideoObject » pour décrire vos vidéos, bravo ! Assurez-vous simplement que la version mobile inclut le même balisage, avec des informations similaires.

Pour finir, veillez à placer vos vidéos dans un endroit accessible de la version mobile de vos pages. Des vidéos mal balisées ou mal placées pourraient nuire à l’expérience utilisateur, et donc à votre score « web core vitals » ce qui pourrait amener Google à mal indexer vos vidéos.

 

Placer le mobile au cœur de la conception de leur site internet est désormais la nouvelle priorité des entreprises. Cela signifie que l’ergonomie du site doit être pensée AVANT TOUT pour la navigation mobile et déclinée ensuite pour le bureau. Le fonctionnement doit également permettre au site d’être performant : rapidité de la vitesse de téléchargement, boutons cliquables de taille adéquate…

Et si vous avez besoin d’aide pour développer un site adapté aux mobiles, nos développeurs freelances sont à votre disposition. Postez vite votre annonce sur Codeur !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *