Start-up, PME : comment construire un stack technique performant ?

Article sponsorisé par notre partenaire IONOS.

tech stack

Sur Codeur.com, trouvez rapidement un freelance pour réaliser votre projet Développement. Voir les développeurs disponibles

Dans le paysage numérique actuel, dynamique et exigeant, les petites entreprises et les start-ups ne peuvent se permettre de prendre à la légère le choix de leur stack technologique (pile technique).

En effet, le stack technique constitue la colonne vertébrale de votre entreprise, influençant directement son efficacité, sa fiabilité et sa capacité à évoluer.

L’importance d’un stack technique

Le stack technique combine les différents langages de programmation, outils et frameworks utilisés par les développeurs pour créer des applications, web comme mobiles.

Véritable base de votre application, c’est l’architecture qui détermine le devenir de votre start-up.

Un choix judicieux de stack technique favorise le succès de votre entreprise à long terme. Airbnb, par exemple, a créé une expérience utilisateur remarquable grâce à l’utilisation de React en front-end et de Ruby on Rails en back-end.

À l’inverse, une mauvaise sélection dans cette phase décisive peut mener à des coûts exorbitants, voire discréditer votre entreprise, comme l’incident d’Equifax en 2017 l’a démontré. Ce dernier a résulté d’une vulnérabilité dans le framework Apache Struts, non corrigée en temps opportun, exposant les données sensibles de près de 147 millions d’Américains. Cet échec en matière de cybersécurité a coûté à l’entreprise des centaines de millions de dollars en amendes et frais juridiques, tout en infligeant un coup sévère à sa réputation.

Les composants essentiels d’un stack technique

Un stack technique n’est pas simplement une juxtaposition aléatoire d’outils et de langages ; c’est plutôt une combinaison méticuleusement orchestrée qui doit servir efficacement les besoins présents et futurs de l’entreprise. Penchons-nous sur les différents composants qui constituent cette infrastructure cruciale.

1. Infrastructure et serveurs

Pour bien construire sa pile technologique, il faut commencer par définir l’infrastructure sur laquelle elle se basera. Réfléchissez au type de serveurs qui seront nécessaires au bon fonctionnement de votre application.

Serveur physique

Si votre entreprise nécessite une puissance de calcul importante et constante pour traiter des bases de données volumineuses, envisagez d’adopter un serveur physique au sein de votre entreprise.

Vous pourrez alors le configurer de A et Z et répondre aux besoins grandissants de votre entreprise, en investissant dans de nouveaux serveurs physiques au fil de votre croissance.

Attention toutefois : un serveur physique représente une grande responsabilité ! En tant que propriétaire d’un serveur physique, vous devrez gérer vous-même son installation, sa maintenance régulière, sa protection et assumer les conséquences d’une panne matérielle en toute autonomie. Prévoyez des coûts de main d’œuvre élevés et réservez un budget important à la maintenance de votre serveur pour éviter tout désagrément.

IaaS (Infrastructure as a Service)

Si vous ne souhaitez pas assumer les coûts et les risques liés à un serveur physique, l’IaaS (Infrastructure as a Service) constitue une alternative à étudier. Il s’agit d’une offre de services Cloud qui met à votre disposition une infrastructure informatique virtuelle, à la demande.

Plutôt que d’investir dans des serveurs physiques et une infrastructure matérielle coûteuse, les utilisateurs d’IaaS réservent les structures de réseaux et la puissance de calcul nécessaires au bon fonctionnement de leur application, selon leurs besoins.

Les data centers sont gérés et exploités par le fournisseur de Cloud, qui est responsable du stockage et de l’administration des données. Vous profitez ainsi d’une infrastructure fiable, peu coûteuse, dont les capacités peuvent être rapidement augmentées en cas de forte demande.

L’hébergeur européen IONOS propose par exemple des serveurs privés virtuels et des infrastructures prêtes à l’emploi pour les environnements de développement.

Sa solution Cubes permet notamment de gagner du temps sur l’administration de votre réseau pour vous concentrer sur le développement de vos applications. Avec un environnement de développement et de test intuitif et une infrastructure sécurisée, Cubes est évolutif et s’adapte aisément aux besoins de votre start-up.

Une solution de ce type permet de simplifier votre processus de développement grâce à plusieurs facteurs :

  • Gestion simplifiée de votre infrastructure informatique : Cubes s’intègre dans votre data center virtuel et provisionne des instances à la demande. Une solution idéale pour héberger vos applications et mapper vos environnements de développement et de test !
  • Automatisation de votre environnement de développement : avec l’API IONOS, vous pouvez intégrer Cubes dans votre pipeline de création et de déploiement d’applications. Vous avez ainsi la possibilité de créer des environnements de manière rapide et cohérente, tout en réduisant le risque d’erreur humaine.

2. Système d’exploitation

Le système d’exploitation agit comme une couche logicielle intermédiaire.

Linux est souvent favorisé pour ses capacités de personnalisation et de sécurité, mais Windows Server est également une option solide, particulièrement pour les entreprises déjà ancrées dans l’écosystème Microsoft.

3. Langage et framework

Les langages et les frameworks choisis déterminent non seulement l’esthétique, mais aussi les fonctionnalités de votre application mobile ou web.

Développement front-end

Le développement front-end de votre application déterminera l’apparence de votre projet pour l’utilisateur final. L’interface et l’expérience utilisateur (UI et UX) doivent être vos principales préoccupations lors de cette étape.

L’UX et l’UI sont les piliers qui peuvent faire (ou défaire !) le succès de votre application. C’est sur l’interface front-end que le client interagira avec votre produit, et où, en fin de compte, il décidera si votre interface mérite son attention ou simplement un clic de sortie.

Le choix des langages et des frameworks n’est donc pas une simple coquetterie, mais un impératif stratégique. HTML, CSS et JavaScript forment la trinité fondamentale, le point de départ incontournable pour toute interface utilisateur.

Pour aller au-delà de cette base et créer des interfaces plus interactives et réactives, l’ajout d’un framework ou d’une bibliothèque JavaScript comme AngularJS, ReactJS ou Vue.js est souvent inévitable. Ces frameworks offrent des fonctionnalités avancées, notamment pour la gestion de l’état, la manipulation du DOM (Document Object Model) et l’intégration d’API RESTful. Le choix entre ces différents frameworks peut être guidé par plusieurs facteurs : la courbe d’apprentissage, l’écosystème, la documentation disponible, ou même les performances en termes de rapidité et de fiabilité.

Développement back-end

Si le front-end est la vitrine d’une application, le back-end en est la machinerie silencieuse, mais indispensable, qui la fait fonctionner. C’est ici que les données sont traitées, stockées et services au front-end.

Les langages back-end comme Python avec Django ou Java avec Spring offrent des architectures robustes pour construire des applications échelonnables et maintenables.

  • Python, grâce à Django, excelle en flexibilité et en rapidité de développement. Sa philosophie “batteries-included” propose un ensemble de modules intégrés pour des tâches communes, réduisant ainsi le temps nécessaire à la mise en place de nouvelles fonctionnalités.
  • Java, avec Spring, dispose quant à lui d’une solide réputation en termes de performance et de sécurité, particulièrement appréciée dans les grandes entreprises.

Le choix du langage et du framework back-end peut aussi être influencé par des facteurs tels que la base de données que vous prévoyez d’utiliser : SQL ou NoSQL ? Postgres, MySQL, MongoDB ? Chaque langage a ses forces et ses faiblesses en fonction de ces considérations.

Les outils de conteneurisation comme Docker et les orchestrateurs comme Kubernetes peuvent également jouer un rôle clé dans le déploiement et la gestion de votre back-end.

4. Système de gestion de base de données (SGBD)

Le choix d’un SGBD comme MySQL ou PostgreSQL est crucial pour garantir rapidité et fiabilité.

Pour les entreprises qui génèrent un grand volume de données ou pour les solutions SaaS, débuter avec MongoDB constitue un choix pertinent.

Des solutions comme les bases de données à la demande (DBaaS) de IONOS peuvent être une option rentable et efficiente, particulièrement pour les entreprises aux ressources limitées.

5. Outils de monitoring et performances

Vérifiez que tous les composants de votre stack technique sont fonctionnels à chaque instant en implémentant des outils de monitoring.

Ces outils collectent et analysent les performances techniques de votre application telles que :

  • le temps de chargement
  • le temps de réponse
  • l’utilisation du CPU

De cette manière, vous pourrez vous assurer que votre application fonctionne correctement et que vos utilisateurs bénéficient d’une expérience utilisateur (UX) optimale.

À lire aussi : DNS premium : pourquoi investir ?

Les critères pour bien choisir son stack technique

Sélectionner un stack technique va au-delà du code ; il s’agit d’un choix stratégique où technologie et budget se rencontrent. Voici quatre critères incontournables pour bien choisir les éléments de votre pile technologique.

Les besoins actuels de l’entreprise

Comprendre les besoins actuels est primordial dans la sélection d’un stack technique.

Prenez Uber, qui utilise Node.js pour son système de dispatch. Ce choix n’est pas anodin ; Node.js est reconnu pour ses performances en temps réel et sa capacité à gérer un grand nombre de requêtes simultanément.

Il faut donc effectuer une analyse exhaustive de vos besoins en matière de :

  • vitesse,
  • stockage,
  • traitement de données,
  • fonctionnalités spécifiques.

Les choix technologiques doivent être en adéquation avec ces besoins immédiats, tout en laissant une marge de progression pour les exigences futures.

Les compétences internes

L’adéquation entre le niveau de compétence de votre équipe et le langage ou framework choisi est primordiale.

Sondez les membres de votre équipe pour savoir quels langages et frameworks ils maîtrisent et quelles technologies les intéressent pour une éventuelle formation.

  • Votre équipe a des lacunes en développement back-end ? Opter pour Go, un langage connu pour sa simplicité et sa rapidité d’exécution, pourrait être une solution stratégique.
  • Vous n’avez pas encore constitué votre équipe de développeurs ? Choisissez un langage populaire et enseigné dans les écoles d’informatique, comme Python ou Java.
  • Vous avez une idée précise du langage ou du framework pour votre application, mais manquez de développeurs dans votre équipe ? Renforcez votre force de travail en faisant appel à un développeur freelance de Codeur.com.

Le budget

Le budget ne doit pas seulement couvrir les coûts initiaux, mais également les dépenses opérationnelles à venir pour maintenir et faire évoluer votre stack technique.

Si certaines technologies peuvent sembler économiques au lancement de votre projet, elles pourraient se révéler coûteuses à long terme (maintenances fréquentes, tarifs élevés sur les offres supérieures, verrouillage du fournisseur…).

Il existe de nombreux fournisseurs d’infrastructures bien plus abordables pour les start-ups que les hyperscalers les plus connus (AWS, Azure, GCP).

Avec le Cloud IONOS, vous bénéficiez toujours d’un tarif adapté aux besoins de votre entreprise. Vous ne payez que pour les ressources que vous utilisez réellement et pour la durée de leur utilisation.

Anticiper les besoins futurs

La planification à long terme est souvent négligée dans le choix d’un stack technique. Pourtant, anticiper les besoins futurs est essentiel.

Si vous avez pour objectif l’expansion rapide de votre application, envisagez dès le commencement de votre projet l’adoption de frameworks et d’architectures évolutifs. Tournez-vous vers des bases de données qui offrent à la fois de bonnes performances et une forte capacité à évoluer, comme MongoDB pour les besoins NoSQL ou PostgreSQL pour les besoins SQL.

En choisissant le Cloud IONOS, vous bénéficiez d’une flexibilité et d’une évolutivité totales, sans engagement.
Mettez à jour instantanément et sans interruption votre système en augmentant ses ressources verticalement en temps réel. Vous pouvez ajouter des unités de traitement (CPU), de la mémoire RAM, des cartes réseau ou du stockage en bloc, le tout en toute simplicité, sans avoir besoin de redémarrer votre machine virtuelle.

IONOS – Sculpter le stack technique parfait pour l’ascension de votre entreprise

La création d’un stack technique efficace est une tâche complexe, obligeant à trouver le juste milieu entre exigences actuelles et besoins futurs. La plateforme IaaS du Cloud IONOS propose des serveurs privés virtuels de qualité entreprise et des instances adaptées aux environnements de développement.

La plateforme Cloud IONOS élimine le casse-tête de la gestion de l’infrastructure informatique, des réseaux et du stockage. De plus, son API permet une automatisation aisée du déploiement et de la configuration des Cubes Cloud, minimisant ainsi les erreurs humaines. Pour une start-up ambitieuse, le Cloud IONOS offre le parfait équilibre entre robustesse et scalabilité, des qualités indissociables pour un succès durable.

Les webinaires à venir