Comment calculer son salaire en portage salarial ?

calculer-salaire-portage-salarial

Sur Codeur.com, trouvez rapidement un freelance pour réaliser votre projet Business. Voir les freelances disponibles

Exercer son activité professionnelle en tant qu’indépendant ou en tant que freelance offre de très nombreux avantages. Cela permet en effet d’être maître de son temps et de travailler sur des projets qui nous tiennent à cœur.

Pourtant, le freelancing possède un inconvénient majeur : on ne profite pas réellement de la même protection sociale que dans le cadre d’un CDI. À cela s’ajoute le fait qu’une freelance doit impérativement consacrer du temps à la gestion de son activité et non pas seulement à son cœur de métier.

Pour cette raison, nombreux sont les freelances qui font le choix du portage salarial. Cette solution permet de bénéficier de plusieurs avantages, à l’heure où l’on cherche de plus en plus à trouver des missions en freelance.

Mais alors, qu’est-ce que le portage salarial ? Comment est calculé son salaire net dans le cadre du portage salarial ? Quelles sont les charges relatives à cette solution et quelles sont les différentes techniques existantes pour l’optimiser ? On vous dévoile tout ce que vous devez savoir sur le portage salarial.

Qu’est-ce que le portage salarial ? Quelques éléments de définition

Le portage salarial est une forme d’emploi aujourd’hui présente en France et ailleurs en Europe qui consiste à impliquer, au sein d’une relation tripartite, un travailleur salarié, un client ainsi qu’une entreprise de portage salarial.

Le principe de fonctionnement du portage salarial est relativement simple : l’entreprise de portage salarial agit comme un intermédiaire entre une société cliente et un freelance. L’entreprise de portage salarie alors un travailleur indépendant tout en signant un contrat de prestation à son client.

Cette solution se place à mi-chemin entre le salariat et le freelancing. En effet, le freelance est libre de choisir ses missions tout en bénéficiant d’un statut de salarié. Le client, de son côté, peut disposer d’un consultant ou d’un professionnel en freelancing sans avoir à le salarier.

Le portage salarial possède de nombreux avantages. Tout d’abord, il permet, pour un freelance ou un indépendant, de profiter de la même sécurité sociale qu’un salarié (les allocations chômage notamment).

Il dispose également de l’assurance de percevoir un salaire régulier, tout en faisant le choix de la durée de son travail et de ses missions. Cela permet également de confier la gestion administrative, financière et comptable de son activité à la société de portage.

Le seul inconvénient de cette solution réside dans le fait qu’elle induit des charges légèrement plus élevées que d’autres statuts indépendants.

Comment calculer son salaire net en portage salarial ?

Avant de calculer son salaire net dans le cadre d’un portage salarial, il sera indispensable de calculer son salaire brut. On estime que le salaire brut en portage salarial représente entre 64 % et 67 % (pour une facturation inférieure à 6000 euros hors taxe par mois) de ce qui est facturé par le freelance.

Par exemple, si vous facturez 10 000 euros hors taxe sur une mission d’un mois, votre salaire brut correspondra à 6400 euros. Les 3600 euros restants représentent alors des charges patronales ainsi que des frais de portage, tels que des assurances ou la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Une fois que vous avez calculé votre revenu brut, vous pouvez désormais calculer votre salaire net. Celui-ci représente 79 % de votre salaire brut. Ainsi, si le montant de votre salaire brut est de 6400 euros, votre salaire net sera de 5056 euros. Ce montant retenu correspond à vos cotisations sociales et salariales. À noter que vous serez redevable de l’impôt sur le revenu sur votre salaire net.

Ainsi, un salaire net en portage salarial représente environ 50 % du montant facturé dans le cadre d’une mission à un client. Vous devez, en effet, vous acquitter et procéder au paiement des charges sociales et rémunérer les services de la société de portage à qui vous avez affaire.

Quelles sont les charges en portage salarial ?

Un freelance ayant recours au portage salarial devra faire face à un certain nombre de charges. C’est pour cette raison que les sociétés de portage salarial exigent un chiffre d’affaires minimum avant d’embaucher un nouveau consultant.

En effet, dans le cadre du portage salarial, le freelance ne devra pas uniquement régler ses cotisations sociales, mais devra également régler la partie des charges patronales ainsi que les services rendus par la société de portage salarial en question.

Parmi les cotisations sociales dont le freelance doit s’acquitter, on retrouve notamment l’assurance chômage, la retraite complémentaire, l’assurance maladie, la CSG, la CRDS, l’aide au logement ou encore les congés payés.

Vous l’aurez compris : les charges sociales dans le cadre d’un portage salarial sont globalement les mêmes que dans le cadre d’une activité salariée traditionnelle. À noter que le portage salarial s’accompagne de cotisations sociales plus élevées que pour un statut de micro ou d’autoentrepreneur.

En effet, on estime que les charges sociales représentent entre 45 et 55 % du montant de la facturation chez un salarié porté, là où un micro-entrepreneur s’acquittera, quant à lui, de 24 à 25 % de cotisations.

À cela s’ajoutent bien évidemment des commissions prélevées sur votre taux journalier horaire (TJM) par la société de portage. Ces commissions permettent à la société de se rémunérer et d’offrir certains services aux salariés ainsi portés.

Comment simuler son salaire en portage salarial ?

Il est indispensable de simuler son salaire dans le cadre du portage salarial. En effet, si cette solution possède de très nombreux avantages, elle requiert également des revenus suffisant pour pouvoir s’acquitter à la fois des charges et des cotisations aussi bien patronales que sociales et des commissions et des frais de service prélevés par la société de portage.

D’ailleurs, le salaire des consultants et des freelances portés est réglementé et encadré par la convention collective du portage salarial.

Pour simuler son salaire dans le cadre d’un portage salarial, il suffit de s’en tenir à l’ensemble des charges appliquées. En effet, ces dernières sont réglementées et ne changent pas, quelle que soit la situation.

La seule variable à prendre en compte pour simuler son salaire en portage salarial est le taux de frais de gestion que la société de portage appliquera. Ce taux peut varier de 5 % à 10 % en fonction de très nombreux paramètres, comme par exemple votre profil ou votre ancienneté. Ce taux varie également d’une société à une autre.

Le tableau ci-dessous vous permettra alors d’apprécier le moyen de simuler son salaire dans le cadre d’une mission freelance portée.

Montant de la facturation :10 000 €
Frais professionnels engagés : 0 €
Taux de frais de gestion de la société de portage : 5 %
Frais de gestion (5%) : 500 €
Facturation réelle du consultant : 9500 €
Charges patronales (33%) : 3135 €
Salaire brut du consultant : 6365 €
Cotisations sociales (21%)1335 €
Salaire net du consultant : 5030 €

Il vous suffira de remplacer tout simplement le montant de la facturation par le vôtre et de modifier le taux de frais de gestion utilisé par la société de portage salarial avec qui vous avez affaire.

À noter que des frais professionnels peuvent également être engagés dans le cadre du portage salarial. Ces derniers sont alors à la charge de la société de portage ou du client.

Il existe aujourd’hui de très nombreux outils en ligne qui permettent de calculer et de simuler, en l’espace de quelques secondes à peine, son salaire en portage salarial.

Combien faut-il facturer en portage salarial ?

En devenant salarié d’une société de portage salarial, vous devez respecter un certain nombre de règles qui ne s’appliquent pas à vous dans le cadre du freelancing traditionnel. En effet, vous devez facturer vos prestations sous la forme de contrats de prestations de service.

À ce titre, il faudra respecter la convention collective relative au portage salarial encadrant les salaires et le statut juridique des freelances portés. Cette convention collective, entrée en vigueur au cours de l’année 2017, fixe notamment les salaires minimums des salariés portés.

Ainsi, pour un salarié porté débutant (disposant de moins de trois années d’expérience dans le domaine du portage salarial), le montant de son salaire brut représente 70 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 2566 euros brut pour l’année 2023.

Pour un salarié porté considéré comme expérimenté (soit plus de trois ans d’expérience), le montant de son salaire brut minimum devra représenter 75 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 2750 euros brut pour l’année 2023.

Le salaire minimum d’un salarié porté en forfait journalier représentera, quant à lui, 85 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 3116 euros brut pour l’année 2023.

À noter que ces montants représentent uniquement le salaire brut que devra percevoir le salarié porté. Ne sont pas pris en compte les frais de gestion de la société de portage qu’il faudra alors rajouter aux montants exposés ci-dessus.

Comment optimiser son salaire en portage salarial ?

On estime qu’un freelance ayant recours au portage salarial perçoit un salaire net compris entre 45 et 60 % de son chiffre d’affaires hors taxe.

Si ce taux dépend du montant de frais de gestion et des pratiques de votre entreprise de portage, celui-ci peut également dépendre de votre capacité à optimiser votre salaire dans le cadre du portage salarial. En effet, nombreux sont les mécanismes qui permettent d’optimiser sa rémunération lorsque l’on est porté.

Tout d’abord, il est possible de faire passer une partie de ses frais de fonctionnement en frais professionnels. En effet, ces derniers ne sont pas soumis aux cotisations sociales.

Un abonnement internet ou mobile, des frais de prospection ou la location d’un local professionnel constituent des frais professionnels qui ne sont pas soumis aux cotisations sociales. De la même manière, il est possible de récupérer la TVA sur ses frais professionnels.

Il est possible d’effectuer régulièrement des versements sur un dispositif d’épargne salariale, tel qu’un PEE ou un PERCO. Ces dispositifs d’épargnes salariales permettent en effet de réaliser des versements volontaires exonérés d’impôt sur le revenu et sont soumis à un forfait social dont le taux est inférieur aux cotisations sociales et salariales dont vous devrez vous acquitter.

L’un des meilleurs moyens pour optimiser son salaire, lorsque l’on est salarié porté, est de s’intéresser aux dispositifs d’optimisation proposés par les différentes entreprises de portage. En effet, chacune de ces entreprises possède des mécanismes bien particuliers, comme la possibilité d’obtenir des tickets restaurant, des chèques CESU préfinancés ou des chèques-vacances.

Se pencher sur les divers services et les mécanismes d’optimisation proposés par les sociétés de portage vous permettra alors d’identifier l’interlocuteur qui vous fera gagner plus.

Comparer son salaire en fonction des sociétés de portage

On retrouve aujourd’hui en France de très nombreuses entreprises de portage salarial. Comparer son salaire en fonction des sociétés de portage est alors indispensable pour identifier la société qui offrira la meilleure rémunération en fonction de votre profil, du nombre de missions que vous faites dans le mois, de votre taux journalier moyen et de votre revenu brut.

La très grande majorité des sociétés de portage permettent de calculer et d’estimer votre revenu net dans le cadre d’une mission portée grâce à un simulateur. Ce simulateur prend alors en compte votre facturation, mais aussi vos frais professionnels, les frais de gestion ainsi que le montant de cotisations sociales et patronales afin de vous fournir un salaire net.

Par exemple, le simulateur d’ABC Portage vous permet d’espérer des frais de gestion dégressifs en fonction de votre chiffre d’affaires. Celui-ci peut s’établir à 5 % pour un chiffre d’affaires égal ou supérieur à 25 000 euros.

Le simulateur de STA Portage permet, quant à lui, de calculer son revenu net dans le cadre du portage salarial tout en ayant accès à des solutions d’optimisation salariale intéressante, comme les frais de télétravail, le PEE, le PERCO ou encore les titres restaurants.

Portageo, quant à lui, met un simulateur à disposition des freelances qui leur permettent d’identifier le montant qu’ils doivent facturer pour que le portage salarial représente un véritable avantage.

Finalement, Cegelem s’avérera être l’une des sociétés de portage salarial dont le taux de frais de gestion est le plus réduit, de l’ordre de 4 % de votre facturation totale. Cela permet d’espérer un salaire plus élevé que chez d’autres sociétés en ce qui concerne des missions dont la facturation est particulièrement conséquente.

Notre astuce pour calculer votre salaire en portage salarial

Le portage salarial peut s’avérer être particulièrement intéressant pour certains freelances qui souhaitent bénéficier des avantages que représentent un CDD ou un CDI et qui souhaitent confier la gestion administrative, financière et comptable de leur activité à une société de portage.

Identifier les frais de cette solution s’avère cependant indispensable. Pour cela, effectuez des simulations en ligne grâce aux simulateurs de salaire des différentes sociétés de portage qui existent.

Quoi qu’il en soit, le portage salarial en séduit plus d’un et nombreux sont ceux qui souhaitent devenir freelances et exercer leur activité dans le cadre du portage salarial.

Les webinaires à venir