Recherche vocale : optimisez votre SEO

recherche vocale

Siri, Cortana, Ok Google… Ces robots intégrés à nos smartphones et ordinateurs ont pour objectif de faciliter la recherche sur Internet.

Comment ? En permettant aux utilisateurs d’effectuer une recherche vocale, plus simple et plus rapide. Sauf que cette nouvelle habitude de navigation a des répercussions sur le SEO. En effet, on ne parle pas de la même façon que l’on écrit…

72 % des utilisateurs mobiles utilisent la recherche vocale dans leurs activités quotidiennes. Ils se servent de la reconnaissance vocale pour appeler plus rapidement un contact de leur répertoire, demander un itinéraire à leur GPS, trouver de l’aide pour leur travail ou encore chercher une application à télécharger.

Face à cette nouvelle tendance, il est évident que votre stratégie de référencement naturel doit s’adapter !

 

État des lieux de la recherche vocale

En janvier 2018, on comptait déjà un milliard de recherches mensuelles effectuées avec la voix. La recherche vocale prend de plus en plus de place dans les habitudes des utilisateurs. Ainsi 65% des personnes qui l’utilisent ne se verraient pas revenir en arrière.

Cette pratique est particulièrement courante chez les millenials qui l’utilisent pour 35,8% d’entre eux, au moins une fois par mois. La voix est déjà très présente dans les transactions commerciales et on projette que 50% des parcours d’achat se feront en vocal d’ici 2022.

Ce paysage confirme donc la nécessité de prendre en compte cette mutation et d’adapter son SEO pour ne pas sombrer dans les limbes de Google.

Des contenus qui apportent une réponse

Généralement, une requête vocale se pose sous forme de question : « comment faire… », « quels sont… », « pourquoi les… », etc. Par conséquent, vos contenus doivent absolument contenir la question et une réponse de qualité.

Il est donc temps de retravailler les titres de vos articles, ainsi que les sous-titres, pour reprendre les problématiques de vos prospects afin qu’elles apparaissent dans les résultats de recherche.

Mettez-vous à leur place pour choisir la formulation qui vous semble la plus pertinente et n’hésitez pas à formuler à haute voix la question, pour vérifier qu’elle se prononce aisément.

La recherche locale devient vocale

Adultes et adolescents utilisent essentiellement la recherche vocale pour s’orienter. L’assistant vocal se sert alors du GPS intégré au smartphone iOS ou Android pour montrer les résultats à proximité.

Vous devrez retravailler votre SEO pour apparaître dans les requêtes des internautes qui se situent dans votre environnement. C’est d’autant plus important si vous avez un commerce, un restaurant ou tout autre établissement avec pignon sur rue.

Veillez à bien travailler le nom de votre ville et à être correctement localisé sur Google Maps. Un compte Google My Business devient indispensable !

 

L’influence de la recherche vocale sur les featured snippets

Définition
Les featured snippet ou position zéro dans Google, sont les pages mise à l’honneur, lorsque les résultats s’affichent. Elles correspondent à la page que le moteur estime être la plus pertinente pour une recherche.

Les extraits optimisés (featured snippets) fournissent des réponses de qualité, faciles à lire, et les assistants vocaux aiment les utiliser quand un utilisateur pose une question. Qu’est-ce que cela signifie ? Que les extraits optimisés ont un impact important sur la recherche vocale ! Quand un assistant donne une réponse, il s’appuie sur les featured snippets.

Alors, quand on sait que 30% de la navigation web se fera sans écran d’ici un an, il est essentiel d’optimiser son SEO pour la « voice search » et de soigner la position 0.

Il n’existe pas de code ou de balise pour forcer la création d’un featured snippet. Seul Google décide de ce choix. Et dans le cadre de la commande vocale, cette position zéro sera la place de choix pour apparaître dans les résultats.

Du clavier à la voix

À l’époque lointaine où Internet est arrivé, et que les requêtes étaient saisies dans les moteurs de recherche via les claviers, les internautes s’adaptaient aux moteurs de recherche. Ils ajustaient la façon dont ils effectuaient leurs demandes. Bien sûr, à mesure que les moteurs de recherche ont évolué, leur capacité à comprendre les modèles du langage naturel et l’intention derrière les requêtes a également évolué. Les algorithmes développés par Google ont permis de s’adapter aux besoins des utilisateurs.

Désormais, le moteur de recherche ne prend plus en compte le mot-clé, il effectue une recherche sémantique pour trouver les contenus les plus pertinents. Peu importe la requête tapée, l’utilisateur est quasiment sûr de trouver, dans les premiers liens, la réponse à sa question.

Ce qui est une bonne nouvelle pour la recherche vocale ! Car cette dernière ne fonctionne que si les moteurs de recherche peuvent interpréter la parole humaine et s’engager dans la conversation.

L’ère des assistants vocaux et de l’intelligence artificielle

En regardant comment les assistants vocaux effectuent leurs recherches (ce que nous disons par rapport à ce qu’ils recherchent), nous pouvons voir à quel point l’apprentissage automatique a progressé avec le traitement du langage naturel. Cela permet aussi d’avoir une idée des types de requêtes à surveiller pour optimiser son SEO vocal.

Google home

D’après une étude de Moz, il semble que les extraits enrichis s’affichent essentiellement lors d’une requête interrogative ou qui comporte 3-4 mots.

Parmi les mots qui génèrent le plus de featured snippet, vous trouverez « comment » en tête, suivi par « meilleur », « fait », « beaucoup », « quoi » et « est ». Tous ces mots forment généralement des phrases complètes, que nous raccourcissons à l’écrit, mais pas à l’oral.

Comment formater le contenu ?

Vous avez décidé d’optimiser votre référencement pour la recherche vocale ? Si vous voulez optimiser votre SEO vocal, créez des listes de mots-clés de longue traîne et à consonance naturelle. Rédigez des contenus informatifs et interrogatifs pour augmenter votre résultat et atteindre, un jour, la position 0.

À l’écrit, les internautes synthétisent au maximum leur requête. À l’oral, c’est tout l’inverse ! Cette manière simplifiée d’effectuer des recherches encourage la précision. C’est donc votre stratégie de longue traîne qui va porter ses fruits.

Position 0

Pourquoi un tel succès pour ces formats comparatifs ou interrogatifs ? Parce qu’ils améliorent l’expérience utilisateur, un objectif que Google poursuit depuis sa création. Avec les featured snippets, le moteur de recherche répond directement à la question de l’internaute en lui offrant une définition, un guide ou un comparatif.

Vous pouvez être un super-héros des méta descriptions, mais si vous n’optimisez pas votre contenu pour apparaître comme featured snippet, cela ne servira à rien.

Pour rappel, les mots-clés de longue traîne se composent d’au moins 3 mots, avec généralement un adjectif. Par exemple : « robe soirée noir », « robe d’été pas cher », « robe courte verte », « robe longue bleu »…

Note : les fautes d’orthographe sont volontaires ! Les requêtes des internautes sont rarement accordées ou conjuguées. Et justement, c’est un autre point d’évolution inhérent à la recherche vocale ! Les internautes vont correctement prononcer leurs recherches et les assistants virtuels vont rédiger sans faute. Par conséquent, il faudra aussi travailler des expressions comme « robe de soirée noire », « robe courte et verte », « robe longue bleue », « robe pour l’été pas chère ».

 

Comment optimiser vos pages pour la recherche vocale (selon Google) ?

En quoi la recherche vocale peut-elle bousculer les pratiques de référencement naturel ? Quelles sont ses spécificités ? Et, surtout, comment optimiser une page web pour la recherche vocale ?

Par chance, au cours d’un « Google Webmaster Hangout », John Mueller (analyste chez Google) a donné plusieurs précisions intéressantes sur le sujet :

Voici un petit récapitulatif des enseignements que l’on peut en tirer.

 

1. Utiliser des données structurées

Les données structurées sont, plus que jamais, un levier SEO important. Et leur utilité de ne se limite pas à l’obtention de Rich Snippets pour se distinguer dans les résultats de recherche : John Mueller recommande leur usage pour optimiser vos pages pour la recherche vocale.

L’objectif : décrire le mieux possible ce que contient la page et les sujets qu’elle aborde… Ce que les micro-données font à merveille.

 

2. Un contenu qui sonne « naturel » à l’oral

La recherche vocale implique l’utilisation d’un langage oral, parfois très différent de celui que l’on utilise à l’écrit. En d’autres termes, plus la formulation de votre contenu se rapproche de l’élocution naturelle d’une personne, plus il est susceptible de correspondre précisément à la question posée par l’internaute.

langage naturel pour la recherche vocale

« Près de 70 % des requêtes via l’Assistant Google sont exprimées dans un langage naturel. Il ne s’agit pas des mots-clés typiques que les gens utilisent pour une recherche sur internet. » (Source : Google)

Imaginons une personne demandant « Quelle est la plus haute montagne du monde ? » à Google Assistant ou à Siri. Comparons maintenant deux réponses correctes, mais formulées différemment :

  • « L’Everest est la plus haute montagne du monde »
  • « Le sommet dont l’altitude est la plus élevée est l’Everest »

Pour schématiser, la première réponse est plus directe et « naturelle » que la seconde, ce qui favoriserait certainement son référencement pour la recherche vocale.

 

3. Éviter les formats « compliqués »

Parfois, la réponse à une question est exprimée par un format « original » (comprenez par là qu’il ne s’agit pas de simple texte) :

  • Un tableau,
  • Un graphique,
  • Une liste de liens menant vers des sources d’information…

S’il n’y a rien de mal à cela (un tableau est par exemple un excellent moyen de représenter des données complexes de façon claire, et est un bon moyen d’obtenir un Featured Snippet), la recherche vocale n’est pas friande de ce type de contenu.

Pour bien se référencer sur les requêtes orales, mieux vaut favoriser des formats simples : par exemple, la question en guise de titre et la réponse en un court paragraphe (juste en dessous).

Ce qui ne veut pas dire que les simples pages « question-réponse » sont l’avenir du référencement naturel

 

4. Ne pas sur-optimiser

John Mueller nous met en garde contre la tentation de sur-optimiser pour la recherche vocale. En effet, ceux qui voudraient créer des pages longues d’un seul paragraphe visant exclusivement les requêtes vocales sont prévenus : Google ne voit pas cela d’un très bon œil.

Les pages ayant une vraie valeur ajoutée et un contenu important sur le fond (pas seulement sur la forme !) seront donc toujours privilégiées.

 

5. Améliorer la vitesse de chargement

Si la rapidité d’affichage et de chargement d’un site sont déjà des critères importants pour Google, le ranking pourrait devenir encore plus exigeant avec la recherche vocale. Elle sera 52% plus rapide que la recherche textuelle.

Pour pouvoir suivre cette cadence, il est donc crucial que le site se charge extrêmement rapidement.

 

6. Sécuriser grâce au https

Le moteur de recherche le plus utilisé au monde est très attentif à la sécurité des utilisateurs.

Parmi les gages de bonne foi, le https est un argument solide. Google a déjà fait savoir qu’il favorisait les sites en https dans son classement. Cela sera encore plus vrai avec la recherche vocale.

 

7. Raccourcir les snippets

Les snippets sont les descriptions d’une page web prévues pour répondre de manière pertinente aux questions d’un internaute. Il s’agit d’un résumé de la page.

Google expérimente de plus en plus le concept de « réponse rapide » et souhaite proposer les résumés les plus efficaces et informatifs aux utilisateurs. Dans l’optique de la recherche vocale, le snippet devra être encore plus bref, n’excédant pas les 29 mots.

 

8. Miser sur l’autorité de domaine

Plus que jamais, l’autorité de domaine sera un atout de taille pour apparaître dans les résultats vocaux. Une bonne nouvelle si votre site possède déjà la confiance de Google et un travail important sur la qualité de vos backlinks si tel n’est pas encore le cas.

Audit SEO

 

9. Du contenu facile à lire

Les résultats sélectionnés par la recherche vocale de Google devraient être intelligibles pour un collégien. Cela suppose d’employer un vocabulaire simple, composé de mots faciles à prononcer.

Dans la mesure où la recherche vocale doit pouvoir se passer de visuels, il est important que les contenus soient explicites et compréhensibles du premier coup.

Contactez jusqu'à 400 clients/mois

Inscrivez-vous sur Codeur.com pour être alerté lorsqu'un client recherche un prestataire avec vos compétences.

Trouver des clients

10. Du contenu riche et des articles longs

La preuve a déjà été faite que les contenus longs étaient les plus performants, tant pour le ranking que pour les partages sur les réseaux sociaux.

Cela sera toujours vrai avec la commande vocale, pour une autre raison. Plus le contenu sera riche, plus les probabilités qu’il coïncide avec la recherche seront grandes. Il a été relevé que les FAQ obtenaient d’excellents résultats lors de recherches vocales.

 

11. Atteindre le Top 3 des résultats desktop

Vous le savez sans doute, le classement des résultats dans Google n’est pas le même que vous soyez sur mobile ou sur desktop.

Si aujourd’hui le géant américain met l’accent sur les résultats mobiles avec le Mobile first index, la recherche vocale semble plus amicale avec les terminaux fixes. Ainsi, les résultats fournis par la recherche vocale semblent largement coïncider avec le top 3 des résultats desktop, pour une requête identique.

 

Conclusion

Vous savez tout sur la recherche vocale, ses tendances et comment optimiser vos pages grâce à elle ! Et si vous avez besoin d’aide pour votre référencement, déposez votre projet gratuitement sur Codeur.com ! De nombreux freelances sont à votre disposition.

Et vous, avez-vous déjà effectué une recherche vocale ?

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *