Évitez les fake news ! 5 astuces pour vérifier vos sources lors d’une curation de contenu

fake news

La curation de contenu représente 25% de la stratégie des spécialistes marketing. Il s’agit de trouver, d’organiser et de partager du contenu pertinent pour votre audience, provenant d’une source externe à vos propres médias.

Cependant, la diffusion de fausses informations est de plus en plus courante. Or, partager ce type de contenu expose la réputation, la crédibilité et l’image de marque de votre entreprise.

Alors, avant de cliquer sur le bouton « partager », voici 5 astuces pour vérifier vos sources !

Besoin d'un développeur ?webmaster ?rédacteur ?

Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com, recevez une quinzaine de devis et sélectionnez le prestataire idéal.

Trouver un prestataire

 

1. Vérifier l’autorité du site

La première étape pour trouver du contenu fiable pour votre blog est de s’assurer de la qualité de votre source. Quelle est la nature du site ? S’il n’appartient pas à un média reconnu ou à un expert de son domaine, une investigation s’impose.

Recherchez les signaux d’alerte :

  • Des déclarations qui n’ont pas de sens
  • De nombreuses incohérences
  • Des affirmations fortes non étayées par des chiffres ou des études
  • Des statistiques sans aucune source
  • Une promotion insistante pour des services ou produits « miraculeux »

Vous pouvez également consulter les profils sociaux de ces sources pour analyser leur notoriété. Des pages peu suivies, avec un engagement proche de zéro ou une communauté qui abonde majoritairement dans le sens du média sont des signes d’alerte évidents.

En cas de doute, effectuez une recherche supplémentaire sur le sujet. Vous verrez si d’autres médias en parlent et vous aurez matière à juger la pertinence de l’article.

 

2. Rechercher la réputation de l’auteur

Le site vous semble fiable, mais qu’en est-il de l’auteur du contenu ? Quelle est sa biographie, son expérience concernant le thème abordé ?

Notre conseil
Évitez de reprendre des informations provenant de personnalités politiques, de militants ou d’humoristes (sauf s’ils font partie de votre cœur de cible). Ces personnes sont rarement objectives sur un sujet.

Lorsque vous faites référence à une information, à des données ou des éléments qui ne sont pas de notoriété publique, recherchez toujours la véritable source. Par exemple, si l’article parle d’une étude, sans citer le nom de l’organisme ou sans mettre un lien vers l’étude en question, vérifiez l’information. Dans Google, recherchez les chiffres ou faits énoncés pour voir si l’enquête en question existe réellement.

Soyez prêt à creuser suffisamment. Recherchez des interviews, des articles d’experts ou des bases de données officielles.

 

3. Vérifier le contexte

Le contexte est important. Combien de photos sont régulièrement sorties de leur contexte ou simplement adaptées à un tout autre environnement ? On peut citer le cliché de femmes voilées faisant la queue devant la CAF de Sarcelles… Une fake news qui continue encore de se propager. Or, cette photo n’a jamais été prise devant une CAF. En plus d’avoir été retouchée, l’originale a été prise devant le métro londonien…

Pour les chiffres, le contexte est important aussi : la nature et la taille de l’échantillon peuvent faire varier la pertinence d’une étude. Prenons une crème miracle, qui réduit de 80% les rides. Wouah, direz-vous… Mais si on vous dit que l’étude a été réalisée sur 10 femmes âgées de 30 à 45 ans, est-ce toujours aussi fantastique ?

Avant de partager une information, plongez dans les détails de la méthodologie utilisée et du public auquel l’étude est destinée. Posez-vous ces questions :

  • Les auteurs ont-ils inclus une méthodologie détaillée ?
  • Combien de personnes ont-ils étudié ?
  • Les auteurs ont-ils des conflits d’intérêts ?
  • Comment les questions ont-elles été formulées ?

 

4. S’assurer de la date de publication

Avec le temps, certaines informations deviennent moins pertinentes et perdent en qualité. Résultat, les données, statistiques ou autres sujets peuvent être obsolètes et considérés comme faux.

Prenez le temps de vérifier la date originelle de publication du contenu et celle de sa dernière mise à jour. Si l’article cite des études et inclut des liens vers d’autres sources, pensez à les vérifier également. Une enquête menée en 2010 n’aura pas du tout le même poids qu’un sondage de 2020, d’autant plus si vous êtes sur un marché qui évolue constamment.

Recherchez toujours des sources récentes et actualisées. Dans le cas contraire, renoncez à partager le contenu.

Besoin d'un développeur ?webmaster ?rédacteur ?

Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com, recevez une quinzaine de devis et sélectionnez le prestataire idéal.

Trouver un prestataire

 

5. Utiliser des outils de fact-checking

Aujourd’hui, il existe de nombreux outils pour vérifier la véracité des informations et lutter contre les fake news.

Lorsqu’une photo vous paraît louche ou que le contexte vous semble biaisé, faites un clic droit pour la rechercher sur Google Images. Vous saurez immédiatement si elle est usurpée ou sortie de son contexte.

Lorsqu’une information vous semble suspecte, vérifiez sur des sites de fact-checking comme :

  • Hoaxbuster,
  • Le Decodex du Monde,
  • AFP Factuel,
  • Ou Check News du journal Libération.

 

En tant qu’entreprise, vous avez la responsabilité de créer un contenu convaincant, mais aussi de partager un contenu véridique et pertinent avec vos lecteurs. Le cas échéant, vous risquez d’effrayer vos prospects et de perdre vos clients.

Déposez votre projet web sur Codeur.com et entrez en contact avec de nombreux prestataires freelances professionnels du content marketing, du développement d’applications mobiles, etc. 

Un commentaire

  1. Très bon article.
    J'aimerais ajouter deux choses :

    1- Les outils de fact-checking : vérifier leur intégrité. En bref, qui les finance ! Et vérifier le CV des personnes qui y publient des avis. D'où tirent-ils leurs revenus ? Existent-ils des conflits d'intérêts ou pas ? Autant s'assurer d'abord que le vérificateur soit intègre ou pas.

    2- Quel que soit ce qu'on examine, se faire confiance à soi-même, à sa propre analyse. Comparer avec sa propre expérience. Les gens sont intelligents. Ils peuvent réfléchir par eux-mêmes et en tirer leurs propres conclusions.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *