Comment bien choisir et optimiser vos ancres de lien pour le SEO ?

ancre de lien d un site web

En matière de référencement naturel, tout le monde connaît bien sûr l’importance capitale des liens. Mais au-delà des liens hypertexte, l’ancre derrière laquelle le lien se « cache » est également déterminante et fait partie des nombreux points dont il faut tenir compte pour une stratégie de référencement réussie.

Les ancres de lien, également appelées « textes de lien », constituent en effet l’un des facteurs importants du SEO. À la fois parce qu’elles font partie des critères de positionnement utilisés par les moteurs de recherche, et parce qu’elles permettent aux internautes d’identifier le contenu d’une page faisant l’objet d’un lien, avant de cliquer sur ce dernier.

Dans cet article nous allons voir comment optimiser vos textes de lien et comment les choisir.

 

Qu’est-ce qu’une ancre de lien ?

L’internaute moyen n’y prête pas forcément attention. D’apparence anodine, ces textes sur lesquels on place des liens jouent en fait un rôle primordial dans le référencement naturel.

  • Le lien, c’est une URL renvoyant soit à une page interne du site sur lequel on se trouve, ou externe.
  • L’ancre, c’est ce mot (ou cet ensemble de mots) sur lequel on peut cliquer, et que l’on retrouve aujourd’hui sur toutes les pages web.

Ces liens donc, dissimulés à l’intérieur d’un texte, sont souvent mis en valeur par le fichier CSS sur site : ils sont souvent d’une couleur différente de celle du texte, ils peuvent être soulignés, en gras, et même tout ça à la fois. Plusieurs textes de liens sont possibles.

 

Les différents types de texte de liens

1. Ancre optimisée

Le texte d’ancrage est considéré comme ayant une « correspondance exacte » s’il comprend un mot-clé qui reflète la page à laquelle il est lié.

Par exemple : « stratégie IoT » renvoie sur un article aidant à la mise en place d’une stratégie IoT.

2. Ancre élargie

Également appelée « semi-optimisée », cette ancre est une variante du mot-clé de la page liée.

Par exemple : « Internet des Objets », renvoyant lui aussi sur l’article aidant à la mise en place d’une stratégie IoT.

3. Ancre de Marque

Comme son nom l’indique, il s’agit d’écrire simplement le nom de la marque liée comme texte d’ancrage.

Par exemple : « Facebook » qui renvoie sur Facebook.

4. Ancre nue

On parle de lien nu lorsqu’une URL est présentée comme ancre de lien.

https://www.facebook.com/ est une ancre de lien nue.

5. Ancre générique

Il s’agit de l’utilisation d’un mot ou expression générique comme point d’ancrage.

« Cliquez ici » est une ancre générique très utilisée.

6. Images

On peut rendre les images cliquables : lorsqu’une image est liée, Google utilise le texte de l’attribut « alt » de l’image comme texte d’ancrage.

 

Les bonnes pratiques en matière de SEO

Nous devons distinguer deux types d’ancres de lien. Ceux dont vous en maîtrisez l’usage, et ceux que des sites externes formulent pour renvoyer sur votre site (les backlinks). La plupart du temps, vous n’avez aucun contrôle sur ces derniers, c’est pourquoi nous allons parler des bonnes pratiques qui régiront la meilleure façon d’utiliser le texte d’ancrage au sein de votre propre site web.

Bon à savoir
Un texte d’ancrage SEO-friendly doit être succinct et pertinent pour la page liée. Il faut également veiller à ne pas sur-optimiser une page en utilisant systématiquement votre mot-clé principal sur tous les liens qui y mènent.

1. Texte d’ancrage succinct

À ma connaissance, il n’existe pas de limite de caractère spécifique aux ancres de lien. Mais il est bon de garder le texte de votre lien aussi court que possible. Le texte que vous retiendrez pour votre ancre doit tenir compte de deux facteurs principaux :

  • Quelle est la manière la plus concise et précise de décrire la page à laquelle le lien renvoie ?
  • Quel est le mot ou la phrase qui inciterait le mieux vos utilisateurs à cliquer sur ce lien ?

2. Pertinence de la page cible

À mesure que les moteurs de recherche se sont perfectionnés, ils ont commencé à utiliser davantage de métriques pour déterminer leurs classements. L’une de ces mesures est la pertinence des liens, c’est-à-dire le rapport entre le sujet de la page A et la page B lorsqu’un lien de la première renvoie à la deuxième. Un lien très pertinent peut améliorer la probabilité de classement de la page A et de la page B sur les requêtes liées à leur sujet.

Bon à savoir
La pertinence d’un lien est un phénomène naturel qui se produit lorsque des personnes créent des liens vers d’autres contenus sur le web.

Les liens pointant vers un contenu en rapport direct avec le thème de la page source sont susceptibles d’envoyer des signaux de pertinence plus forts que des liens pointant vers un contenu sans rapport.

Par exemple, une page sur les meilleurs cafés de Paris est susceptible de transmettre un meilleur signal de pertinence à Google lorsqu’elle renvoie au site web d’un café que lorsqu’elle renvoie à un site contenant des photos de bébés pangolins.

Un mot quand même sur les bakclinks. Si vous avez un jour votre mot à dire sur un lien externe que vous avez obtenu, n’hésitez pas à proposer une ancre différente à l’auteur du texte dans lequel le lien vers votre site se trouve. Cette pratique est souvent accueillie avec bienveillance, l’auteur qui souhaite vous « offrir » un lien externe est souvent reconnaissant de votre travail et ne cherche pas à lui nuire.

3. Densité des mots-clés du texte d’ancrage

Avec la mise à jour de son algorithme, Google a commencé à examiner d’encore plus près les mots-clés utilisés dans l’ancrage des liens. Si un trop grand nombre de liens entrants d’un site contiennent exactement le même texte d’ancrage, cela peut paraître suspect. En effet, peut-être que les liens n’ont pas été acquis naturellement, de façon à booster artificiellement le classement de cette page sur une requête précise.

Les liens internes sont évidemment une bonne pratique, mais faites attention de varier les ancres que vous utilisez pour relier vos propres pages entre elles. Si trop de liens vers une même page utilisent le même texte d’ancrage, Google pourrait détecter un comportement de spam (même s’ils se trouvent sur votre propre site).

Cette pratique est en plus contre-productive. Vous pouvez obtenir de meilleurs résultats en vous efforçant d’obtenir une variété de phrases d’ancrage différentes et plus naturelles plutôt que le même mot-clé à chaque fois.

 

Conclusion

Le texte d’ancrage peut être un sujet sensible et délicat pour les professionnels du référencement, tant il est difficile de savoir comment (et quand) créer un lien vers un contenu approprié.

Si Google envoie souvent des signaux contradictoires et personne ne parvient pas à clarifier les zones d’ombre, il est toujours préférable d’avoir des ancres variées et équilibrées.

Faites appel à des professionnels du référencement web en déposant votre projet sur Codeur.com. Recevez ainsi gratuitement de nombreux devis de prestataires freelances professionnels du SEO pour votre besoin !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *