6 alternatives à cPanel

6 alternatives à cPanel

cPanel est l’un des panneaux de contrôle pour l’hébergement web les plus populaires. Il permet aux propriétaires de site internet d’en gérer tous les aspects, à partir d’un tableau de bord unique et complet. Cependant, cPanel a depuis peu adopté une nouvelle politique de licence, à un tarif qui subitement l’a rendu très cher pour de nombreux revendeurs.

Dans cet article, nous allons aborder différentes alternatives gratuites ainsi que certaines solutions payantes qui sont susceptibles d’être plus adaptées et surtout plus économiques. Bien sûr vous pouvez choisir de rester avec cPanel mais si vous êtes à la recherche d’une alternative, cet article peut vous éviter de perdre du temps et de vous embêter à chercher vous-même.

Avec le nombre d’options disponibles et les petites (mais importantes) différences entre chacune d’entre elles, et même avec l’aide de cet article, trouver la bonne alternative à cPanel n’est pas facile et le choix final dépendra évidemment de vos besoins personnels.

Voici donc une liste d’outils capables de remplacer cPanel et d’en souffrir la comparaison.

 

Les alternatives gratuites à cPanel

1. Froxlor

Froxlor

Froxlor est un panneau de contrôle open-source, avec une licence GPL 2.0 et disponible sur GitHub. Il se présente comme une alternative « légère » à Webmin, qui ne figurera pas dans cette liste. Il fournit aux utilisateurs à peu près les mêmes options d’administration que cPanel, mais il le fait gratuitement…

Son panneau de contrôle a été conçu par des administrateurs de serveurs expérimentés, pour réduire l’effort nécessaire à la gestion de votre plateforme d’hébergement. Ses fonctionnalités incluent l’installation facile de Let’s Encrypt SSL, la configuration de PHP, la gestion de MySQL, et plus encore…

Froxlor dispose de paquets Debian et d’un .tar.gz pour les installations en production. Seules Debian et Gentoo sont officiellement prises en charge, mais il semble possible de l’installer également sur Ubuntu.

2. Ajenti

Ajenti

Ajenti est également open-source. Il fournit aux utilisateurs un moyen rapide et sûr de gérer un serveur Linux par le biais de terminaux web, d’éditeurs de texte, de gestionnaires de fichiers et autres outils nécessaires à la bonne gestion de votre hébergement.

Le panneau d’administration Ajenti offre un terminal distant, un système de gestion des utilisateurs, et il permet notamment de mettre en place un pare-feu, d’installer des paquets, et de contrôler l’utilisation des ressources.

Si un certain nombre de plugins sont disponibles pour Ajenti, leur plate-forme a été construite en pensant aux développeurs : si vous êtes familier avec Python et JavaScript, vous pourrez facilement étendre ses fonctionnalités d’origine.

Ajenti fonctionne avec les systèmes d’exploitation Debian, Ubuntu, RHEL, CentOS et Gentoo, et est facilement portable vers d’autres Linux et BSD.

3. Virtualmin

Virtualmin

Construit sur la base de Webmin, Virtualmin une interface d’administration système populaire pour Linux. S’il existe une version open-source gratuite et fonctionnelle, l’outil est également proposé en plusieurs versions payantes.

Virtualmin possède un grand nombre d’options de personnalisation, battant facilement ses concurrents dans ce domaine. Les débutants sont encouragés à l’utiliser uniquement s’ils souhaitent en apprendre davantage et affiner leurs compétences, car l’interface utilisateur s’avère être un peu décourageante…

La personnalisation avancée donne aux utilisateurs de Virtualmin un haut niveau de contrôle sur leur site. Les versions payantes de Virtualmin comprennent un support client, des installations de CMS facilitées et un outil de création de site professionnel. La plateforme comprend en outre un certain nombre de fonctions de sécurité, notamment une protection contre la force brute, la possibilité d’authentification à deux facteurs, et plus encore.

En plus de la version gratuite open-source, les prix s’étalent de 6$/mois pour 10 machines virtuelles à 20$/mois pour un maximum de 250 machines virtuelles. 2 offres intermédiaires sont disponibles pour 50 machines virtuelles (9$) et 100 machines 12$. Des réductions sont offertes si vous choisissez d’être facturé à l’année plutôt que de façon mensuelle.

 

Les alternatives à cPanel payantes

4. Plesk

Plesk

Plesk est un panneau de contrôle de serveur extrêmement puissant et populaire, qui permet aux administrateurs de configurer de nouveaux comptes revendeurs, des sites internet et des comptes de messagerie électronique via son interface Web. Contrairement à cPanel, il prend en charge Docker et Git sur Linux, et c’est également le seul panneau de contrôle basé sur le Web qui propose un support pour les serveurs Windows.

Plesk est un panneau de contrôle centralisé pouvant fonctionner pour plusieurs sites. Il dispose d’une boîte à outils stable et polyvalente pour WordPress, est compatible avec toutes les plateformes, et prend également en charge d’autres systèmes de gestion de contenu parmi lesquels Joomla et Drupal.

Les fonctionnalités de Plesk, comme la gestion des bases de données et des DNS, l’envoi de courriels, l’accès aux fichiers et d’autres exemples, sont similaires à celles de cPanel. En plus de ses fonctionnalités de base, il a également dans sa hotte plus de 100 extensions pour étendre ses fonctions ou personnaliser son interface.

Bien qu’il soit relativement cher, Plesk est l’un des panneaux de contrôle les plus puissants pour l’hébergement Web en termes d’intégrations. Ses options de sécurité comprennent un gestionnaire de sauvegarde, un pare-feu, un filtre anti-spam et le « ServerShield » de Cloudflare, ce qui en fait un outil prêt à gérer des sites en production.

L’équipe de Plesk offre une assistance professionnelle 24/7 par téléphone et par e-mail.

Il est à noter que Plesk appartient depuis peu à la même société que cPanel, Oakley Capital, cette même société qui est à l’origine de l’augmentation du prix de cPanel… De quoi faire hésiter un certain nombre de développeurs à opter pour Plesk en remplacement de cPanel.

Le prix

Concernant le tarif, une fois passé l’essai gratuit de 2 semaines, l’offre débute autour de 10$ et s’échelonne jusqu’à 42$/mois. Des réductions sont possibles si vous optez pour un paiement annuel, ou si vous optez pour un serveur VPS.

5. DirectAdmin

DirectAdmin

DirectAdmin est lui aussi très similaire à cPanel en termes de fonctionnalités, à la différence qu’il est conçu pour être plus rapide et qu’il nécessite donc moins de ressources serveur pour fonctionner. Il tient peut-être sa popularité car il est livré avec un certain nombre de plugins pour le webmail, de modules complémentaires de sécurité, de skins graphiques personnalisés et autres options très appréciées des développeurs.

DirectAdmin comprend toutes les fonctions de base que nous sommes en droit d’attendre en matière de surveillance d’utilisation des ressources, de clustering DNS et de mises à jour automatiques. Si vous êtes à l’aise avec cPanel et que vous n’êtes pas grand fan de changement, c’est à n’en pas douter la meilleure option de cette liste : il est même livré avec les intégrations Softaculous, qui est le même service qui gère les installations CMS « en un clic » de cPanel.

Vous rencontrez un problème ? DirectAdmin offre un support pour vous aider à diagnostiquer les problèmes avec DirectAdmin (mais ne sera malheureusement pas en mesure de fournir de l’aide pour les problèmes d’application web. Vous devrez peut-être vous tourner vers les ressources disponibles sur DirectAdmin : il y a un forum dédié, et une documentation officielle assez fournie.

DirectAdmin est pris en charge par un grand nombre de systèmes d’exploitation comme CloudLinux, RedHat Enterprise / CentOS, Debian, FreeBSD et même Ubuntu.

Le prix

Concernant le prix, passé l’essai gratuit (généreux) de 60 jours, il ne vous en coutera que 2$/mois seulement pour une licence personnelle, jusqu’à 29$/mois pour la licence Standard. Une licence Lite  est proposée pour 15$/mois.

Voici donc un panneau d’administration vraiment pas cher, et vraiment proche de cPanel.

Contactez jusqu'à 400 clients/mois

Inscrivez-vous sur Codeur.com pour être alerté lorsqu'un client recherche un prestataire avec vos compétences.

Trouver des clients

6. RunCloud

RunCloud

RunCloud est le dernier outil de cette liste, un panneau de contrôle de serveur Cloud fonctionnant sur le modèle SaaS, et qui se concentre sur les applications PHP (telles que WordPress).

Pour installer RunCloud, vous n’avez qu’à créer votre compte, puis exécuter le script d’installation fourni pour connecter votre serveur à votre tableau de bord RunCloud. Pour se faire, vous devez bien sûr vous connecter à votre serveur en tant que « root » afin de pouvoir exécuter le script. Une fois l’installation complète, vous pourrez commencer à utiliser les fonctions de RunCloud, telles que l’installation d’applications, la création et la gestion des sauvegardes, le tout directement depuis le site de RunCloud.

Bien que la plateforme n’est plus toute jeune (RunCloud a vu le jour en Octobre 2016), elle cherche constamment à améliorer son offre et à s’assurer que ses clients ont tous ce dont ils ont besoin pour gérer leurs serveurs. Comme c’est le cas pour toute entreprise en ligne, RunCloud a connu des débuts difficiles, critiqué de manière négative en raison d’un service client très limité. Visiblement ce n’est plus le cas, et heureusement : l’équipe a en effet pris des mesures pour améliorer la qualité de son support de manière significative, ainsi que pour documenter les problèmes courants dans une base de connaissances très bien documentée.

Le prix

Le tarif commence par un essai gratuit de 5 jours, ainsi que des options payantes s’étalant de la licence « de base » à 8$ par mois jusqu’à la licence « Business » proposée pour 45$/mois. Une licence intermédiaire est disponible à 15$/mois. Comme souvent, opter pour un paiement annuel vous fait bénéficier d’une réduction, RunCloud offre 2 mois gratuits !

 

Besoin d’aide pour gérer l’hébergement de votre site et votre base de données ? Trouvez un freelance disponible dès aujourd’hui sur Codeur.com !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *