Devenir freelance, combien ça coûte ?

combien ça coute de devenir freelance

Vous êtes salarié et rêvez de voler de vos propres ailes ? Vous êtes sans emploi et souhaitez mettre votre savoir-faire à profit en tant que travailleur indépendant ?

Seulement, la chose ne se fait pas d’un simple claquement de doigt. Vous le savez, il y a un planning à mettre en place pour y parvenir étape par étape. Et surtout, se mettre à son compte, ce n’est pas gratuit.

Que faut-il faire pour devenir un freelance accrédité ? Combien cela peut-il coûter ? Voici ce qu’il faut savoir.

Besoin d'un développeur ?webmaster ?rédacteur ?

Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com, recevez une quinzaine de devis et sélectionnez le prestataire idéal.

Trouver un prestataire

Que faut-il savoir avant de monter son business ?

Avant de commencer les démarches pour créer votre entreprise de travailleur indépendant, il faut avoir bien en vue :

  1. Son statut juridique
  2. Les frais associés à la création
  3. Le matériel
  4. Les charges à venir

Pour en savoir plus, suivez notre guide détaillé des étapes pour devenir Freelance.

Quel régime choisir ?

Avant toute chose il faut savoir qu’une entreprise est une entreprise, qu’elle soit pour une activité en freelance ou autres. En plus des charges fixes, vous aurez des impôts et frais sociaux à régler.

Le nom et l’identifiant (SIRET) de votre entreprise devront apparaître sur toutes vos factures.

Pour démarrer, le statut de micro-entrepreneur (ancien auto-entrepreneur) est souvent privilégié. Les démarches sont simplifiées, les délais de réalisation sont courts et la gestion quotidienne est facilitée. Néanmoins, cette solution ne correspond pas forcément à tous les business.

La SASU (Société par action simplifiée unipersonnelle) est aussi une option intéressante de plus en plus utilisée par les freelances. En effet, en l’absence de rémunération, la société ne devra pas payer de cotisations sociales minimales, contrairement au gérant associé unique d’EURL, non salarié. De plus, le président de SASU ne paie pas de cotisations sociales sur ses dividendes.

Le portage salarial est également une solution intéressante à envisager, combinant les avantages du salariat et la liberté du freelance.

Néanmoins, le choix du statut juridique ayant des conséquences pour votre société, n’hésitez pas à consulter un comptable. La Chambre de Commerce peut vous proposer un rendez-vous gratuitement.

Les frais obligatoires pour l’ouverture

Vous pouvez confier l’ouverture de votre entreprise à des services pour une création  » clés en main  » ou vous en charger vous-même.

Quoi qu’il en soit, pour créer sa micro-entreprise en tant que commerçant, prestataire de service ou profession libérale, c’est gratuit. Par contre, les artisans devront suivre un Stage de Préparation à l’Installation (SPI) qui coûte environ 260 €.

Pour les autres statuts, les coûts varient entre 200 et 400 euros. Ils comprennent :

  • L’immatriculation : le dépôt auprès du greffe s’élève à 41,50 euros, coût fixé par décret.
  • La publication dans un journal d’annonces légales : le coût varie d’un département à l’autre, de 150 à 350 euros.
  • Le capital social : à vous de définir le montant que vous souhaitez prêter à votre société pour débuter, le minimum étant de 1 euro.

Le matériel nécessaire pour son activité

À moins de pouvoir recycler certaines choses, vous devez prévoir des investissements matériels pour démarrer votre activité de freelance :

  • Matériel informatique : ordinateur, imprimante, téléphone…
  • Matériels divers : papier, encre, trieur, stylo, agenda…
  • Logiciel : photo, réseaux sociaux, graphisme, comptabilité…

Vous devrez peut-être aussi changer de forfait téléphonique, avoir une meilleure ligne internet, prévoir des coûts supplémentaires en électricité, un local, etc. Tout cela s’intègre dans votre calcul de lancement d’activité.

Les frais à venir

Vous n’êtes pas sûr de générer immédiatement du chiffre d’affaires. Vous devrez prévoir le nécessaire pour payer vos factures (loyers, assurances, eau, électricité, courses) durant les premiers mois, sans oublier les divers taxes et impôts :

  • L’impôt sur la société : 28% des bénéfices
  • Cotisations sociales : 46% de vos revenus
  • CFE : coût variable selon votre localisation (en moyenne, pour les freelances, entre 150 et 1000€)
  • Si votre affaire génère suffisamment de chiffre d’affaires, vous aurez besoin d’un service comptable pour vous épauler : il coûtera entre 90 et 120 euros par mois.
  • Pour votre mutuelle, il y en a plusieurs dont les mensualités varient entre 40 et 150 euros.
  • L’assurance de responsabilité civile est utile pour vous protéger en cas de litige avec un client. Son coût varie entre 800 et 1500 euros par an.

Ces frais doivent être pris en compte dans le calcul de votre tarif horaire, afin de facturer vos prestations à un prix viable. Notre outil gratuit TauxHoraire.com peut d’ailleurs vous aider à calculer rapidement votre taux horaire :

calcul du taux horaire

Besoin d'un développeur ?webmaster ?rédacteur ?

Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com, recevez une quinzaine de devis et sélectionnez le prestataire idéal.

Trouver un prestataire

Vous souhaitez vous lancer en tant que freelance ? Commencez dès maintenant à économiser et trouvez des missions sur Codeur.com, la première communauté freelance en France.

Devenir freelance, combien ça coûte ?
5 (100%) 2 votes

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *